André-Philippe Gagnon: 40 ans de métier pour l’homme aux milles voix

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
André-Philippe Gagnon: 40 ans de métier pour l’homme aux milles voix
André-Philippe Gagnon (Photo : Gracieuseté-Mélany Bernier)

HUMOUR.  «Je me rappelle très bien de Granby. J’ai plein de souvenirs», raconte l’humoriste André-Philippe Gagnon. «On va aller faire un tour Chez Ben, on s’bour la bédaine. Est-ce que le snack existe encore?», dit-il en éclatant de rire. Oui, le légendaire resto de la rue Principale a toujours pignon sur rue. Rassuré, l’homme, qui imite les plus grands d’ici et d’ailleurs depuis quarante ans, se promet de savourer «bonne graisseuse», mais pas avant avoir présenté son show «Monsieur tout le monde» les 8 et 9 juillet à l’Hôtel Castel.

Pour deux soirs, vous pourrez entendre les Robert Charlebois, Plume Latraverse, Pierre Lapointe, Garou, Mario Pelchat, Yvon Deschamps, Tire le coyote, Marc Hervieux, Tom Jones, Barry Manilow, David Bowie, Mick Jagger, Hubert Lenoir, Jean Perron, Frank Sinatra et compagnie. Une soirée apprêtée par l’inimitable André-Philippe Gagnon de retour au Québec pour livrer son dernier spectacle.

«On a encore des petits coups de papier sablé à donner ici et là, mais on s’en vient pas pire», a confié le vétéran humoriste qui aura le loisir de lancer la série de soupers-spectacles estivaux orchestrée par le Palace de Granby et l’Agence Timing de l’imprésario Jean Forand.

Célèbre à l’étranger pour sa fameuse interprétation du succès We are the world, André-Philippe Gagnon revient à ses racines avec un spectacle plus intimiste, avoue-t-il.

«Je parle au public tout le long et c’est le ton qu’on a installé pour le spectacle Monsieur tout le monde. Je voulais une proposition différente pour ce spectacle d’imitation.»

Après 40 ans métier, l’imitateur, qui s’est fait remarquer aux États-Unis au Tonight Show et au Comedy Store de Los Angeles et de Las Vegas, se paye la traite avec son nouveau show.

«Avec Monsieur tout le monde, je renouvelle la formule. C’est pas juste des imitations sur des thèmes comme j’ai fait souvent dans le passé où il y a des medleys et des propos qui viennent appuyer ça.»

À travers les 75 imitations que contienne son spectacle de 90 minutes, André-Philippe Gagnon amène, entre autres, son public dans son univers familial. Là où tout a commencé, affirme-t-il.

«Tout le monde est quelque part un peu imitateur. On a tous imité nos parents, nos frères, nos sœurs, nos chums à l’école et au bureau (…). Je raconte à un moment quand je suis allé à Kandahar (Afghanistan) pour divertir du monde à l’une des pires places sur la planète où il y avait la guerre. L’idée avec mon spectacle n’est pas de parler de moi, moi, moi, mais plutôt de parler de certaines de mes expériences. Beaucoup de stand-ups parlent d’eux-mêmes et le font très bien. Moi, je souhaitais faire autre chose pour que les gens me connaissent d’une autre manière.»

Revenir à la maison

La pandémie, les consignes sanitaires expliquées par François Legault, les temps durs pour la communauté culturelle, les sujets d’actualité. Tout y passe avec l’homme aux milles voix qui satirise l’année 2020 dans son numéro Le blues du showman.

«Ça raconte comment s’est passé l’année pour les artistes et en même temps pour tout le monde. Et ça me permet de faire plein de nouvelles voix que je ne faisais pas avant.»

Après avoir foulé les plus grandes salles en Amérique du Nord ces dernières années, l’imitateur de 58 ans se plaît à dire que son récent spectacle arrive au bon moment dans sa carrière. Revenir à la maison fait du sens à ses yeux.

«Ça m’anime bein gros. La foule, ça me manque et ça fait partie du show. Cette énergie qu’on reçoit et qu’on redonne. J’ai hâte de retrouver cette relation avec le public live

Pour André-Philippe Gagnon, un été sur scène en province se prend volontiers. «Les festivals de la casquette, du cochon, du camion, du creton, du bleuet…name it, j’ai en fait en maudit. Mais de venir montrer ma nouvelle proposition à ceux qui m’ont encouragé en premier, c’est le fun.» «Paris, Las Vegas, Los Angeles, c’est plaisant, mais quand tu le fais pour ta gang, c’est ton monde, tes références et tes racines. Ça compte davanatge pour moi.»

 

Les soirées souper-spectacle

Tous les détails sur les soirées souper-spectacle présentées au Centre des congrès de l’Hôtel Castel sont disponibles au www.palacedegranby.com/programmation-estivale/souper-spectacle.html

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires