Le symposium Couleurs urbaines affiche ses couleurs

Photo de Sarah Villemaire
Par Sarah Villemaire
Le symposium Couleurs urbaines affiche ses couleurs
L'équipe de Vie culturelle et communautaire de Granby ainsi que la porte-parole de l'événement, Geneviève Boivin-Roussy, se sont rassemblées au parc Miner, lundi, pour l'annonce officielle de la 23e édition de Couleurs urbaines. (Photo : GranbyExpress-Sarah Villemaire)

ARTS VISUELS. Vie culturelle et communautaire de Granby (VCCG) prévoit une 23e édition des plus colorées pour l’événement Couleurs urbaines. Quelque peu adapté afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur, le site accueillera les visiteurs ainsi que les 47 artistes visuels venant d’un peu partout au Québec, du 30 juillet au 1er août prochain au parc Miner.

C’est à même l’entrée du parc situé sur la rue Principale que les adeptes d’art visuel seront invités à parcourir les 47 chapiteaux prévus à cet effet. Un circuit clôturé à sens unique permettra ainsi de synchroniser la circulation auprès des participants. La tenue d’un registre et de contrôle des visiteurs sera d’ailleurs mise en place pour la sécurité de tous. Comme les mesures sanitaires viennent à changer rapidement, l’équipe de VCCG invite les visiteurs à s’informer des récents ajustements sur le site internet et les réseaux sociaux de l’organisme peu avant la tenue de l’événement.

Rassurant, le coordonnateur aux événements, Jean-Olivier Grégoire-Fillion mentionne que cette nouvelle formule sera tout de même rafraîchissante pour tous. «On a travaillé pour que la circulation et l’espace soient très fluides, car on a plus d’espace entre les chapiteaux. Ça va respirer et -Couleurs urbaines sera le premier événement où l’on va moins sentir la pandémie », précise Jean-Olivier Grégoire-Fillion.

Comme les éditions précédentes, des prix coup de cœur du public et du comité seront remis à deux artistes présents cette année. Les visiteurs pourront alors voter à la fin du parcours. De son côté, l’encan silencieux se déroulera en dehors du site, soit dans les bureaux du Centre culturel France-Arbour.

Présents lors de la conférence de presse, quelques artistes visuels locaux ont assisté à ce moment, dont ils attendaient depuis plus d’un an. Bien que la pandémie n’ait pas été de tout repos pour les artistes, un vent d’espoir se fait sentir auprès de cette communauté qui a hâte de retrouver leur public. Un sentiment d’autant plus partagé par l’artiste et porte-parole de la 23e édition, Geneviève Boivin-Roussy. «La pandémie m’a permis de me rendre compte de l’importance de l’art et des artistes. Plus que jamais, s’intéresser à nos artistes et leur donner une place au symposium, ça fait tout son sens », mentionne l’artiste. Outre son passage à Granby lors du symposium, Geneviève Boivin-Roussy présentera sa récente exposition Topographie Stellaire chez Boréart tout au long du mois d’août.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires