Une coalition sonne l’urgence d’agir pour protéger les collines montérégienne

Par Marie-Pier Gagnon
Une coalition sonne l’urgence d’agir pour protéger les collines montérégienne
Des organismes de la Montérégie et de l'Estrie s'unissent pour demander  aux instances politiques d'agir rapidement pour protégées les collines montérégiennes, dont fait partie le Mont Shefford. (Photo : Gracieuseté-Air Imex Ltée)

 
ENVIRONNEMENT. Neuf organismes de conservation s’unissent afin de demander aux instances politiques d’agir dès maintenant pour protéger les collines montérégiennes menacées par les développements résidentiels, les changements climatiques et un achalandage croissant. Parmi ces organismes, Nature Cantons-de-l’Est.

Dévoilée récemment, cette nouvelle coalition regroupe l’Association du Mont Rougemont, le Centre de la Nature du mont Saint-Hilaire, CIME Haut-Richelieu, Conservation de la nature, Fondation du Mont Saint-Bruno, Les amis de la montagne, Nature-Action Québec, Nature Cantons-de-l’Est et la Société de conservation du Mont Brome. 

Mettant en lumière le rôle que jouent les collines montérégiennes en termes de biodiversité et de bien-être collectif, la coalition demande que les acteurs du milieu, soit 22 municipalités, neuf MRC, deux agglomérations ainsi que les gouvernements provincial et fédéral se concertent rapidement afin de mettre en place un plan d’action pour assurer leur pérennité. 

On parle ici d’un plan qui inclurait cinq grandes thématiques, soit la protection, l’accessibilité, la connectivité, la reconnaissance et le soutien des collines. La Coalition énumère entre autres l’importance de protéger légalement et à perpétuité les monts, d’assurer la conservation des liens naturels entre eux et d’offrir du financement pour leur conservation. 

On souligne du même coup que bien que la volonté d’en permettre l’accès aux citoyens demeure, des mesures doivent être prises afin de respecter les limites de chacune des collines et, du même coup, éviter de nuire à la biodiversité.

Urgence d’agir 

N’hésitant pas à parler d’urgence d’agir, la Coalition souligne que les collines montérégiennes sont soumises à un stress grandissant. « La région de l’Estrie possède un riche capital naturel et un patrimoine paysager distinctifs. Sans un développement planifié adéquatement et une utilisation durable des ressources naturelles, ces richesses sont menacées », affirme le directeur de Nature Cantons-de-l’Est, Stéphane Tanguay. 

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les organismes de la Coalition sonnent l’alarme. Il y a dix ans, un document intitulé Diagnostic identifiant les enjeux relatifs à la protection et à la mise en valeur des collines montérégiennes avait permis de brosser un portrait similaire à la situation actuelle sans toutefois entraîner de changements.

L’ensemble des collines montérégiennes est constitué des monts Royal, Saint-Bruno, Saint-Hilaire, Saint-Grégoire, Rougement, Yamaska, Shefford, Brome et Mégantic. S’ajoutent également les collines d’Oka et de Rigaud.  

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires