Au nom des bandes riveraines

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Au nom des bandes riveraines
Les agronomes Laurianne Levert et Marie Bourgault, du Club Conseil-Gestrie-Sol. Ces dernières posent en compagnie de Billy Goat; une débroussaillleuse adaptée pour entretenir les bandes riveraines. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

ENVIRONNEMENT. Il y a de cela quelques années, l’aménagement de «bandes riveraines» faisait craindre le pire chez les agriculteurs. Le concept de faire une croix sur une petite parcelle de trois mètres près d’un cours d’eau ou d’un fossé afin de la convertir en un couvert végétal au nom de la protection de l’environnement ne faisait pas de sens à leurs yeux. Or, en Haute-Yamaska, depuis 2015, la nouvelle pratique est devenue une méthode de préservation courante grâce au projet d’entretien et de coordination des bandes riveraines mis de l’avant par le Club Conseil Gestrie-Sol. Sept ans plus tard, l’organisation annonce la finalité de son projet avec le lancement d’un guide À chacun son entretien.

En 2015, la MRC de La Haute-Yamaska a été précurseure en octroyant une subvention au Club Conseil Gestrie-Sol pour l’implantation d’un projet d’entretien et de coordination des bandes riveraines dans le cadre du Fonds de développement des communautés (autrefois appelé le Pacte rural). Grâce aux quelque 42 000 $ reçus, le Club a pu mettre en place un service clé en main d’aménagement et d’entretien des bandes riveraines sur le territoire et se procurer de l’équipement spécialisé. 

Sur le terrain, les agronomes du Club Conseil Gestrie-Sol ont été par ailleurs très actifs ces dernières années en faisant la promotion des avantages des bandes riveraines auprès des producteurs agricoles de la Haute-Yamaska. Certains d’entre eux y ont même vu une occasion d’opter pour une agriculture plus actuelle. Et signe que les aménagements en bordure des champs font leur travail de préservation, le taux de conformité des bandes riveraines était de 90 % en 2021, selon le Club.

« On se rend compte que la MRC de La Haute-Yamaska, on est vraiment en avance avec un excellent taux d’implantation et d’entretien des bandes riveraines en milieu agricole. Les producteurs sont bien informés et se sont bien approprié leurs bandes riveraines », a mentionné Laurianne Levert-Gauthier, agronome au Club Conseil-Gestrie-Sol.

Après l’aménagement d’une bande riveraine vient son entretien d’où l’idée du Club Conseil-Gestrie-Sol de produire un guide pour assurer la pérennité de la bande de protection. Techniques d’entretien, contrôle des ravageurs, contrôle des espèces exotiques envahissantes, la règlementation. À l’intérieur de ce bottin, le producteur agricole y retrouvera une manne d’informations sur l’ABC d’un bon entretien.

Malgré les bienfaits des bandes riveraines, des agriculteurs hésiteraient toujours à voir apparaître des bandes riveraines dans leurs champs. Pour Laurianne Levert-Gauthier, le travail de promotion doit se poursuivre afin de convaincre les plus réfractaires. «C’est d’aller les chercher à travers des projets collectifs. Ça nous permet d’ouvrir des portes, d’aller leur parler des bandes riveraines et de les convaincre. Oui, ils sont récalcitrants, mais parfois ils ne sont pas au courant des bienfaits.»

Le guide À chacun son entretien est disponible gratuitement sur le site web de Gestrie-Sol

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires