Création de points de service satellites: La Barak sonde l’intérêt des ados et…des parents

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Création de points de service satellites: La Barak sonde l’intérêt des ados et…des parents
-Marie-Ève -Houle, directrice générale de -La -Barak. (Photo : (Photo : -GranbyExpress-Éric -Patenaude))

COMMUNAUTÉ. Avec une ville qui s’agrandit, pas toujours facile pour une maison des jeunes de rejoindre les ados. La solution passerait-elle par la mise sur pied de lieux de rencontre satellites sous le joug de La Barak? Rêve ou réalité? Pour le savoir, l’organisme jeunesse mène présentement deux sondages auprès des 11 à 16 ans et des parents afin de valider leur intérêt à développer d’autres points de service ailleurs sur le territoire de la ville.

Bien ancrée dans sa petite maisonnette de la rue Notre-Dame, La Barak fait partie du paysage granbyen depuis 1983. Bien qu’elle soit une adresse de choix pour les ados qui souhaitent se rassembler, la maison des jeunes peine à attirer notamment ceux qui résident à l’extérieur du périmètre du centre-ville.

«Malgré le transport en commun, ça reste qu’on rejoint des jeunes dans un rayon de cinq à dix kilomètres. Avec nos deux consultations, on veut voir s’il y a de la place ailleurs en ville pour d’autres points de service, entre autres, près des écoles secondaires comme Haute-Ville et J.-H.-Leclerc. Les deux sondages vont nous le confirmer ou nous l’infirmer», a déclaré la directrice générale de La Barak, Marie-Ève Houle.

Grâce à une subvention de 15 550 $ du Fonds de développement des communautés de la MRC de La Haute-Yamaska, La Barak sondera les parents et leurs progénitures jusqu’au 29 décembre prochain. Au terme de la cueillette de données, l’Observatoire estrien du développement des communautés analysera par la suite les résultats afin de remettre un rapport à la direction générale de La Barak quelque part en mars prochain.

«Avant de se lancer dans le développement, on veut valider. Est-ce que ça nous prend d’autres pieds à terre? Une 2e maison des jeunes? Ça se fait dans d’autres régions. L’important, c’est de regarder ce qui fait ailleurs et de voir quelle est la meilleure formule», a mentionné Mme Houle.

À l’issue des consultations, Marie-Ève Houle estime que La Barak sera mieux outillée (modèle de fonctionnement, évaluation du budget d’opération, sources de financement, etc.) dans l’éventualité où elle songerait à donner le feu vert à une expansion, dont la forme resterait à déterminer.

«La proximité, c’est gagnant pour une maison des jeunes. Plus nous sommes proches des jeunes plus ils vont venir nous voir», a conclu la DG.

Le sondage pour les parents: https://survey.zohopublic.com/zs/76BUaA.

La consultation pour les adolescents: https://survey.zohopublic.com/zs/GNBU6h

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires