Du pays de la roche au pays de la poire

Du pays de la roche au pays de la poire
La collaboration de plusieurs intervenants dont le maire de Saint-Joachim-de-Shefford

INNOVATION. Saint-Joachim-de-Shefford franchit un pas de plus vers l’objectif de devenir le plus grand verger de poire au Québec grâce aux nouveaux produits transformés que présente désormais l’École du 3e rang, Vignoble et cidrerie. À ce jour, plus de 2000 poiriers se retrouvent dans la municipalité, dont 1000 sur la terre des propriétaires de l’École, Robert Brien et Nancy Gauthier.

L’établissement offre donc maintenant des poirés mousseux, de la gelée de poires et du poiré de glace qui a par ailleurs reçu, dès sa mise en marché, la médaille d’or de la Coupe des nations 2014. Les nouveaux produits poirés sont disponibles directement à l’École ou au Marché Public de Granby.

Les propriétaires comptent également faire découvrir leur produit lors de festival notamment à la Fête des vendanges Magog-Orford. Brien et Gauthier, originaires de Varennes, se sont installés à Saint-Joachim après avoir eu un coup de foudre pour l’endroit. «Nous avons acheté cette ferme après une seule visite seulement. Nous y avons vu une opportunité, un beau défi».

Alors que le concept du «Pays de la poire» n’en était qu’à ses balbutiements et que plusieurs agriculteurs n’y croyaient pas, ils ont, quant à eux, sauté sur l’occasion. La présence accrue de roche sur les terres joachimiennes n’a d’ailleurs pas posé grand problèmes aux cultivateurs de poire. «Nos poiriers poussent bien et en plus, la terre rocheuse donne un goût minéralisé à ses fruits. Un goût qui se retrouve dans nos produits et qui fait en sorte qu’ils se démarquent». 

Un défi de taille

Ce nouveau pas encourage le président de la Coalition du Pacte rural, Jacques Sauvé, à continuer dans cette voie et le concept risque fort de se développer. La coalition, encouragée par les citoyens de Saint-Joachim, souhaite bâtir une coopérative qui verrait à l’implantation des vergers et à leur entretien. «La création de la coopération permettrait de futurs emplois et une renommée pour le pays de la poire», soutient monsieur Sauvé.

Il y a 10 ans, témoin de sa dévitalisation, la communauté de Saint-Joachim-de-Shefford lançait le projet «Le pays de la poire» afin de relever ce coin de pays. Le maire de Saint-Joachim-de-Shefford et président du CLD Haute-Yamaska, René Beauregard, admettait fièrement lors de la conférence de presse entourant les avancées du projet poiré que «plutôt que d’avoir attendu après un miracle, on l’a fait. L’avenir de Saint-Joachim est assuré».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires