La patrouille nautique de la SQ fait un retour sur les plans d’eau

La patrouille nautique de la SQ fait un retour sur les plans d’eau

Les policiers de la Sûreté du Québec leur rappellent qu'ils seront présents tout l'été sur les 26 plans d'eau navigables de la région.

SÉCURITÉ NAUTIQUE. Les plaisanciers ont été nombreux, le week-end dernier, a profité du beau temps sur les étendues d’eau de l’Estrie. Les policiers de la Sûreté du Québec leur rappellent qu’ils seront présents tout l’été sur les 26 plans d’eau navigables de la région.

Si les policiers de l’Équipe régionale de patrouille récréotouristique de l’Estrie s’assurent d’encadrer la pratique sécuritaire des activités nautiques sur les cours d’eau régionaux, ils porteront une attention particulière à certains aspects, prévient la sergente Aurélie Guindon, porte-parole de la Sûreté du Québec de l’Estrie.

Ils s’assureront, entre autres, qu’à bord des embarcations se trouve un gilet de sauvetage pour chaque personne à bord (amende de 200$ plus les frais), qu’une personne assure la vigie lors d’une activité impliquant le remorquage d’une personne par l’embarcation (exemple: ski nautique, tube pneumatique) (amende de 250$ plus les frais) ainsi que de l’interdiction, pour le conducteur, d’avoir la capacité de conduite affaiblie par l’alcool ou les drogues (sanctions allant de l’amende à une peine d’emprisonnement).

L’an dernier, les patrouilleurs nautiques de l’Estrie ont mené 79 opérations sur les cours d’eau navigables au cours desquelles ils ont fait 549 interceptions, émis 70 constats et 492 avertissements.

Dans Brome-Missisquoi, les policiers spécialisés en patrouille nautique ont réalisé 12 opérations. Ils ont intercepté 104 embarcations, ont remis 15 constats et 122 avertissements. Ils ont aussi expulsé huit bateaux du plan d’eau.

«Notons qu’en vertu de la Loi sur la marine marchande, les policiers ont le pouvoir d’expulser d’un plan d’eau les personnes et embarcations qui ne respectent pas la loi ou dont le manque d’équipements ou le comportement présentent un risque pour leur sécurité ou celle des autres plaisanciers», explique la sergente Guindon.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires