L’appel de l’usine

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
L’appel de l’usine
Sur la photo, de gauche à droite, Catherine Proulx et Audrey Lavallée respectivement opératrice et superviseure de production. Les deux jeunes femmes sont à l'emploi de la compagnie Cascades depuis quelques mois. (Photo : Gracieuseté)

JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES. Audrey Lavallée et Catherine Proulx sont deux nouvelles recrues sélectionnées par  l’entreprise Cascades du boulevard Industriel, à Granby. À peine quelques mois après leur arrivée au sein des effectifs de l’importante papetière québécoise, elles affectionnent déjà leur univers de travail transporté par l’effervescence des bruits des machines et des chaînes de production.

L’appel de l’usine, Audrey Lavallée le reçoit lors de ses études en génie mécanique à l’Université de Sherbrooke. Diplôme en poche, la jeune femme de 24 ans arpente maintenant le plancher de l’usine Cascades depuis bientôt un an en tant que superviseure de production. Un défi professionnel qui répond à ses attentes. Gestion de la maintenance des équipements, planification des sessions d’entretien, traitement des demandes d’aide, analyse de la productivité, organisation de la production pour les futurs quarts de travail. 

« En stage à l’université,  je me suis toujours retrouvée dans des milieux manufacturiers alors ça allait de soi que je postule pour des postes manufacturiers principalement », confesse la jeune femme.

Alors qu’il serait facile pour elle d’exercer son travail d’ingénieure dans le confort d’un bureau, Audrey Lavallée apprécie plutôt ses journées à côtoyer les machines et les membres du personnel qui les animent. Une occasion pour elle de bien développer ses aptitudes en gestion de temps et des priorités.

« Je me considère très chanceuse de faire partie de cette belle équipe chez Cascades. »

De la restauration à la manufacture

Exaspérée par les obstacles du monde de la restauration et de la construction, Catherine Proulx effectue un virage à 180 degrés en novembre dernier. À la recherche de plus de stabilité sur le plan professionnel et en quête de meilleures conditions, la femme de 32 ans décide de proposer ses services chez Cascades. Une heureuse décision qui lui permet aujourd’hui d’occuper un poste d’opératrice de production.

« Cascades correspondait aux critères que je recherchais », avoue l’employée responsable d’alimenter une ligne de production.

Aux dires de Catherine, l’ambiance de travail est exceptionnelle aux installations du boulevard Industriel si bien qu’elle n’hésiterait pas à recommander cet employeur à la gent féminine intéressée par le travail manuel. 

« Ici, j’ai eu une super intégration. Les gens sont vraiment sympathiques et le travail d’équipe est très valorisé. Que tu sois un homme ou une femme, il n’y a pas de différence. C’est un beau milieu mixte où on ne sent pas le sexisme. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires