Le plan de match du péquiste Guy Bouthillier

Photo de Abdennour Edjekouane
Par Abdennour Edjekouane
Le plan de match du péquiste Guy Bouthillier
Guy Bouthillier lors de sa dernière conférence de presse de campagne ce matin au parc Saint-Antoine.  (Photo : GranbyExpress-Abdennour Edjekouane. )

SCRUTIN. Pour sa dernière conférence de presse de campagne, Guy Bouthillier était présent au parc Saint-Antoine à Granby avec le candidat du PQ dans Brome-Missisquoi, Guillaume Paquet, pour présenter les engagements de leur parti en matière de logements.

Le cas du logement

« L’enjeu principal de cette élection et de la société québécoise, c’est le logement (…). Il manque 620 000 logements au Québec », a martelé Guy Bouthillier. Pour le candidat, le gouvernement de François Legault a échoué à résoudre ses problèmes sociétaux. « Ils ont commencé à bâtir 5000 logements dans les quatre dernières années, mais je vous rappelle qu’il en manque 620 000. Je trouve complètement aberrant qu’on ne qualifie pas cette situation de crise nationale (…). Après ça, les gens qui souffrent de problèmes mentaux et de détresse reliée à ça, on en fait quoi ? On les envoie dans des organismes communautaires, alors qu’on ne les finance même pas », s’indigne le péquiste.  

Pour le candidat, il est primordial de bâtir plus de logements et d’investir davantage dans les organismes communautaires pour sortir de cette crise. « Les organismes communautaires veulent 460 millions de $, ce n’est pas la CAQ qui va leur donner, c’est le Parti Québécois », déclare-t-il en faisant référence aux engagements de son parti. Pour le logement, parmi les propositions du PQ, le parti souhaite notamment le financement de 10 000 logements sociaux qui sont en attente ainsi que le financement annuel de 5000 logements par année, pour un total de 35 000 logements d’ici 5 ans. Le Parti Québécois promet également de favoriser la construction annuelle de 2000 logements communautaires à but non lucratif pour les étudiants, ainsi que l’adoption du registre des loyers.

La souveraineté dans tous les secteurs

C’est en début de semaine que Guy Bouthillier nous a conviés dans un café de la ville pour nous présenter son plan économique à plus grande échelle. « Les idées que je partage ici sont à mon nom personnel et ne font pas partie de ma plateforme à titre de candidat du Parti Québécois », nous avertit M. Bouthillier. Pour l’ancien homme d’affaires et indépendantiste convaincu, les problèmes climatiques doivent être pris en charge tout de suite à l’intérieur d’une transformation économique « qui saura être bénéfique ». Pour Guy Bouthillier, « il faut regarder vers l’avenir. Mettre de cote nos partisaneries politiques et travailler tous ensemble vers un Québec moderne et prospère. »

Pour ce faire, M. Bouthillier précise qu’il est important de revoir l’économie et surtout notre rapport aux grandes entreprises. « Il me semble comme payeur de taxes que je devrais avoir un mot à dire avant que de grosses sommes soient accordées en économie », a noté le candidat du PQ. Pour lui, les entreprises jouissent de faveurs économiques qui ne sont pas nécessairement à l’avantage des citoyens, mais favorisent plutôt les politiciens et leur philosophie de société. Pour équilibrer la balance, l’indépendantiste propose que tout financement économique de la part du gouvernement québécois se fasse en échange d’équité dans les entreprises. En somme, il s’agit de prêter de l’argent contre des actions de la compagnie. « Pourquoi notre argent servirait à minimiser les risques des entrepreneurs ? Leurs profits, après tout, demeureront dans leurs caisses et non dans nos coffres pour financer santé, éducation, bien-être et soins de la population », souligne-t-il.

En matière de transport, Guy Bouthillier souligne que le Québec possède toutes les infrastructures nécessaires pour produire toute sorte de véhicules et camions électriques. « De plus, nous pourrions produire nos propres batteries pour ces véhicules ainsi que les usines de récupération et transformation de ces batteries ici au Québec. Mais encore une fois, on laisse des entreprises étrangères venir miner notre lithium et d’autres minéraux pour ensuite acheter à grand prix les produits finis », ajoute-t-il. 

Agriculture et productions laitières

Pour le candidat dans la circonscription de Granby, la souveraineté doit également se trouver dans le secteur de l’alimentation. Un investissement massif doit être fait pour épauler les agriculteurs et créer des entreprises agricoles à équité publique et privée. Il propose aussi de mettre de l’avant les technologies de conversion des déchets de production animale et des boues en gaz renouvelables pour produire de l’énergie propre. « Ça se fait à Warwick. Nous avons la capacité et les technologies pour atteindre notre souveraineté alimentaire (…). Il s’agirait d’investir dans la construction de petites centrales de gazéification hydrothermales qui pourrait s’intégrer dans Hydro-Québec ou Énergir pour la gestion et la distribution des gaz », souligne M. Bouthillier, qui veut offrir des prix bas de gaz renouvelables aux agriculteurs et accélérer la construction de serres agricoles qui fonctionnerait a l’année grâce aux gaz renouvelables.

Finalement, l’autre secteur qui interpelle Guy Bouthillier est celui de la production laitière. Pour le candidat qui a travaillé dans le domaine de nombreuses années, le Québec doit se réapproprier cette ressource et surtout les moyens de transformer le lait, qui sont aux mains d’investisseurs étrangers. « Nous importons nos ingrédients laitiers de l’Ontario, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande, de l’Europe. On pourrait fabriquer tous ces ingrédients ici, avec notre lait », souligne M. Bouthillier.

Bilan de campagne

Invité à s’exprimer sur son bilan de campagne et sur sa position dans les sondages (4e place à Granby), Guy Bouthillier confie être satisfait du travail accompli. « Les partisans du Parti Québécois, les indépendantistes et l’ensemble des citoyens ont vu que le PQ se tient encore debout, qu’il est constitué d’une jeune équipe de candidats et qu’on a probablement le meilleur chef de tous les partis du Québec. Mais il a fallu vous le présenter, on est parti de loin, et je pense qu’on s’en va dans la bonne direction », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires