Les Boisés Miner protégés à perpétuité

Par Ugo Giguere

CONSERVATION. Certains comparent l’endroit à un «Central park» granbyen, un îlot de verdure, un poumon en plein cœur de la ville. Une chose est sûre, les Boisés Miner, ou le Parc écologique Pierre-Horace Boivin, sont là pour rester. Granby a annoncé la création d’une réserve naturelle de 135 hectares.

En mai dernier, GranbyExpress.com révélait que contrairement à la croyance populaire, les Boisés Miner ne sont toujours pas officiellement protégés. Alors que l’administration de l’ex-maire Richard Goulet avait convenu d’un bail emphytéotique de 25 ans avec la Ferme Héritage Miner, il a été révélé que le document n’avait jamais été signé par l’ancien maire ni par le nouveau magistrat Pascal Bonin.

Ce dernier voulait prendre le temps d’étudier la meilleure option possible pour protéger à perpétuité les 135 hectares de forêt, prairies et milieux humides. «On a étudié toutes les hypothèses et on en est arrivé à la création d’une réserve naturelle en milieu privé», explique le coordonnateur en environnement Serge Drolet.

«Là, on l’a enchaîné et cadenassé. Il n’y a pas de résolution, pas de promoteur, qui peut venir changer quoi que ce soit», image le maire Bonin.

Malgré l’appellation «privé», la réserve naturelle demeure la propriété de la Ville de Granby, ou comme le précise le maire Pascal Bonin de «66 000 propriétaires» citoyens.

«C’est la preuve que quand on travaille fort on peut arriver à des petits miracles où tout le monde gagne de tous les côtés. Je suis très fier de la solution qu’on présente», a ajouté M. Bonin.

Celui-ci fait allusion au fait que la Ferme Héritage Miner, qui devait au départ se voir confier un bail, obtient aujourd’hui le rôle de gestionnaire de la réserve naturelle. L’organisme a le mandat de protéger, surveiller et mettre en valeur les lieux, sans compensation financière.

La directrice générale Caroline Gosselin dit maintenant espérer que la Ville fasse la promotion de sa réserve naturelle en milieu urbain partout en province. Pour elle, les élus municipaux ont fait preuve de courage et font figure de leaders au Québec.

Par ailleurs, la nouvelle réserve de 135 hectares conserve le nom de Parc écologique Pierre-Horace-Boivin. Une plaque de bronze trône déjà à l’entrée des sentiers toute en haut de la rue Long.

Des espèces menacées

Avant même la réalisation d’un inventaire des espèces, on sait déjà que l’érablière, la prucheraie centenaire et les milieux humides cachent des espèces à statut précaire. Serge Drolet nomme par exemple la salamandre sombre et le campagnol des rochers.

Ce qui réjouit le conseiller municipal Jean-Luc Nappert. «On va protéger sa faune et sa flore, on va devoir en faire la caractérisation et dans 30 ou 40 ans, on va encore parler de l’îlot de verdure du centre-ville», prédit-il.

Qui fait quoi?

Ville de Granby:

– Propreté des sentiers

-Signalisation dans les sentiers

-Entretien des sentiers

Ferme Héritage Miner:

-Protéger l’intégrité écologique

-Surveillance des lieux

-Mise en valeur du parc

Corridor appalachien:

-Dépôt du dossier à Québec

Le projet de la Ferme Héritage Miner

-Conservation

Inventaire des espèces et conception d’un plan de conservation.

-Mise en valeur

En lien avec sa mission de mise en valeur du patrimoine de la famille Miner, les boisés appartiennent au patrimoine naturel de la ferme.

-Entretien écologique

Tout aménagement nécessaire à l’intérieur des boisés sera réalisé en collaboration avec la Ville de Granby.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires