L’OBV Yamaska salue les propositions de Bonnardel pour la rivière Yamaska

Photo de Abdennour Edjekouane
Par Abdennour Edjekouane
L’OBV Yamaska salue les propositions de Bonnardel pour la rivière Yamaska
Le directeur général de l'OBV Yamaska, Alex Martin. (Photo : GranbyExpress-Abdennour Edjekouane)

ENVIRONNEMENT.  L’organisme du bassin versant de la Yamaska (OBV Yamaska) se réjouit de l’annonce de la CAQ concernant la création du Fonds bleu, mais surtout des propositions de François Bonnardel en ce qui a trait à la restauration de la rivière Yamaska. 

L’OBV Yamaska et ses partenaires vont s’atteler bientôt à la tâche en produisant dans un premier temps un plan d’action accéléré pour la réhabilitation et la restauration de la rivière Yamaska, de ses affluents ainsi que de ses lacs. « M. Bonnardel voulait travailler avec l’OBV Yamaska pour accélérer les choses et mettre en place des actions pour la protection de la Yamaska. C’est pour cette raison qu’il nous a demandé de réaliser un plan de restauration accéléré avec cinq projets concrets et réalisables qui concernent particulièrement les bandes riveraines « , explique Alex Martin, directeur général de l’OBV Yamaska. 

S’il est réélu le 3 octobre prochain, François Bonnardel promet de soutenir le projet de restauration de la Yamaska qui sera déposé dans le cadre du Fonds bleu, un engagement environnemental de la CAQ pour un éventuel second mandat et s’accompagnant d’une enveloppe de 650 millions de dollars pour aider à protéger les rivières et lacs de la province. « M. Bonnardel nous a promis de regrouper les députés des circonscriptions traversées par la Yamaska et de nous soutenir pour faire cette demande. C’est un volet qui vient bonifier nos actions territoriales et rajouter un soutien politique qu’on n’avait pas encore sous cette forme. Nous avons déjà eu des appuis de députés et de politique, mais jamais sous cette forme. C’est crucial pour la suite des choses et pour la pérennité de nos actions », confie M. Martin. 

Pour ce qui est des coûts de la restauration de la rivière Yamaska, il est impossible de fournir une estimation précise actuellement, croit Alex Martin. « Et ce, pour deux raisons, premièrement la demande qui nous est faite concerne cinq projets de restauration concrets qui doivent prendre part dans les cinq prochaines années. Malheureusement, pour la Yamaska ça va prendre plus que cinq projets et plus d’années pour se remettre complètement. Deuxièmement, on va devoir concerter avec nos différents partenaires pour voir ce qu’ils comptaient faire et prendre le pouls. »

L’organisme s’engage également à organiser un forum de concertation sur l’eau avec les entreprises grandes consommatrices d’eau en juin 2023. Finalement et comme l’a fait savoir le candidat sortant de la CAQ, l’OBV réalisera une étude de faisabilité pour la création d’une maison du développement durable de la Yamaska. 

À noter qu’en plus des changements climatiques qui menacent l’approvisionnement de la rivière Yamaska, l’OBV Yamaska relève quatre autres problématiques majeures qui doivent être contrées dans l’espoir d’avoir une rivière en santé, à savoir la mauvaise qualité de l’eau, la dégradation des bandes riveraines, la perte d’habitat faunique ainsi que la diminution des milieux humides.   

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires