Objectif de 10 M$ pour la campagne de financement de la Fondation du Collège Mont-Sacré-Coeur

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Objectif de 10 M$ pour la campagne de financement de la Fondation du Collège Mont-Sacré-Coeur
Sur la photo, de gauche à droite, le directeur général du Collège Mont-Sacré-Coeur, Claude Lacroix, l'auteure-compositrice-interprète Andréanne A. Malette, le président de la Fondation du Collège, Sébastien Nadeau, et le comédien Antoine Bertrand. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

ÉDUCATION. En 2032, le Collège Mont-Sacré-Coeur atteindra l’âge vénérable de 100 ans. Pour souligner ce haut fait d’armes, la Fondation de l’institution veut marquer un grand coup en amassant 10 M$ au cours des dix prochaines années avec l’aide des anciens élèves et de la communauté. Rien de moins.

Le coup d’envoi de cette ambitieuse collecte de fonds a été donné, hier soir, en présence notamment d’ex-membres de la confrérie étudiante du collège, dont le comédien Antoine Bertrand et l’auteure-compositrice-interprète Andréanne A. Malette. Ces deux diplômés du Mont-Sacré-Coeur bien connus du public seront les ambassadeurs de cette campagne en compagnie d’une autre ancienne, l’auteure Sarah-Maude Beauchesne.

«Ma carrière s’est forgée ici. J’ai fait tous les styles d’art possible (…). J’étais sur scène dans les shows amateurs et de danse, les parades de mode, les comédies musicales en plus d’être backstage pour les pièces de théâtre, la radio étudiante (…). Aujourd’hui, je vis de ma passion et juste ça, c’est la preuve de l’importance des arts au secondaire. Pour moi, ç’a été un environnement bénéfique pour ma scolarité. Le Mont-Sacré-Coeur, c’était la bonne place pour la petite fille que j’étais», a confié Andréanne A. Malette au moment de s’adresser aux convives.

«Mes années au Mont-Sacré-Coeur m’ont permis de devenir une artiste et de faire ce que je fais aujourd’hui. J’ai acquis les fondements de ma confiance au Collège à travers mes années d’étude. Pour moi, c’est super important de contribuer à ce que d’autres jeunes comme moi passent du temps à créer», a pour sa part exprimé Sarah-Maude Beauchesne.

Membre de la promotion de 1994, Antoine Bertrand n’a pas hésité un instant à associer son nom à l’école secondaire qui lui a permis de faire ses premiers pas dans le monde des arts de la scène. «Pour moi, c’est l’endroit où j’ai été pratiquement le plus heureux au monde. L’adolescence, c’est des années qui ne sont pas évidentes, mais d’avoir une place où il y a un cadre qui nous permet d’étudier, ça nous laisse de beaux souvenirs.»

Tant du côté de la direction que de la Fondation, on a bon espoir d’atteindre l’imposant objectif avec le soutien des anciens et des membres de la collectivité locale et régionale. «On travaille avec les familles et les autres générations et on veut répartir ce travail-là en allant solliciter des gens et des finissants. C’est vrai que le sentiment d’appartenance des anciens est fort (…). Sur mon c.a (conseil d’administration), c’est presque tous des anciens, sur le c.a de la Fondation, il y a beaucoup d’anciens. Ce n’est pas dur de les convaincre d’embarquer. Oui, c’est ambitieux, mais sur dix ans, je pense que c’est possible», a indiqué le directeur général du Collège, Claude Lacroix.

«On se fixe un objectif de 10 M$ parce que n’importe qui peut se fixer un objectif de 1 M$. Comme Fondation, on veut faire rêver les gens. Tant qu’à être dans un centre scolaire, on veut rêver grand et on se donne l’opportunité de le faire sur dix ans», a ajouté le président de la Fondation du Collège, Sébastien Nadeau.

Trois projets

Grâce à cette campagne de financement de 10 M$ sur dix ans, la direction générale et la Fondation du Collège comptent lancer trois projets majeurs dans la prochaine décennie. L’un d’eux consiste à transformer la chapelle en salle de spectacle multifonctionnelle de 200 places. Un premier chantier frôlant les 600 000 $ qui pourrait être finalisé pour juin 2024 aux dires de Claude Lacroix. «Je prends ma retraite en juin 2024 et j’aimerais que mon party de départ se fasse là», a ironisé le DG. 

Et cette chapelle métamorphosée ne sera pas uniquement mise à la disposition de la communauté étudiante. Spectacles en soirée et les week-ends, programmation culturelle estivale, soirées événementielles, collaboration avec le Festival international de la chanson de Granby. Les portes du nouveau lieu de diffusion seront grandes ouvertes à quiconque intéressé à s’y produire, a pris soin de souligner M. Lacroix.

Deux autres initiatives, l’une en lien avec le sport et la seconde reliée au volet académique, seront ultérieurement dévoilées, ont fait savoir la direction et la Fondation du Collège. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires