PQ: Guy Bouthillier veut soigner le système de santé

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
PQ: Guy Bouthillier veut soigner le système de santé
Le candidat du PQ dans Granby, Guy Bouthillier. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

ÉLECTIONS PROVINCIALES. La conversion des CLSC en cliniques médicales de proximité, l’abandon des maisons des aînés, un meilleur soutien financier à la hauteur de 460 M$ pour les organismes communautaires, l’optimisation des soins à domicile et l’abolition du temps supplémentaire. Une réforme du système de santé passe par l’élection d’un gouvernement péquiste le 3 octobre prochain, soutient le candidat dans Granby, Guy Bouthillier.  

«Notre vision des soins de santé doit changer si on veut un Québec meilleur. Au Parti québécois, on opte pour des mesures simples et précises qui auront un effet immédiat», a déclaré Guy Bouthillier. Il estime qu’une décentralisation du réseau de la santé est nécessaire afin de stopper l’hémorragie qui afflige le personnel soignant et les établissements. 

«On veut faire des CLSC; de vraies cliniques de proximité. En d’autres mots, la première porte d’entrée du réseau de la santé et des services sociaux. Dans les dernières années, on a enlevé l’accès à des soins dans les CLSC et ça nous a causé de gros problèmes de surpopulation dans nos hôpitaux.»

Le péquiste propose également de bonifier les services de soins à domicile. Toujours selon le représentant du PQ, 90 % des Québécois désirent des soins à la maison. 

Mais au-delà des investissements et des transformations à apporter au système, Guy Bouthillier croit avant tout que le réseau de la santé a besoin d’une bonne dose d’humanité. «Ça nous prend du personnel en soins respecté et à votre service. Le réseau de la santé doit devenir le meilleur employé du Québec et assurer de meilleures conditions de travail et une autonomie au personnel.»  Pour y parvenir, le candidat du PQ propose d’abolir le temps supplémentaire obligatoire (TSO) et de décentraliser le système de santé en déléguant des pouvoirs décisionnels aux établissements locaux.

«Ce n’est pas envoyant des chèques de 400 $ à 600 $ et en proposant des réductions de taxes et d’impôts que l’on va solutionner les problèmes de la santé. On doit reprendre tout cet argent et bien l’administrer de la bonne façon.»

«On veut décentraliser les décisions au lieu qu’elles soient toujours prises à Sherbrooke par le CIUSSS.» «On aurait des comités de gestion locaux à Granby et les PDG de ces comités seraient élus et imputables aux décisions qu’ils prennent», a déclaré le péquiste.

Concernant le dossier de la pénurie et de la fuite de personnel dans le réseau, Guy Bouthillier allègue que les travailleurs et les travailleuses de la santé doivent être remis à l’avant-plan. «Il faut rendre le milieu de travail plus plaisant. Les gens vont revenir travailler dans le réseau de la santé s’ils peuvent faire un quart de travail de huit heures (…). »

Autres engagements

Lancé en grande pompe par le gouvernement Legault, le projet des maisons des aînés serait abandonné advenant une victoire péquiste lors du prochain scrutin. Au PQ, ce concept de résidence à 1 M$ la chambre, soutient le parti, serait plutôt remplacé par l’injection de 3 G$ par année et d’allouer 50 % du budget de soins longue durée aux soins à domicile dans un horizon de quatre ans.

«La CAQ a proposé de convertir 75 000 chambres de CHSLD en maisons des aînés. Ça va coûter 75 milliards. C’est inacceptable», a dénoncé Guy Bouthillier. 

La révision des Codes de profession (permettre à des professionnels de la santé de réaliser certains actes cliniques) et du mode de rémunération des médecins est au nombre des autres engagements soumis par le candidat du PQ.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires