St-Joachim inaugure enfin sa coop

Par Ugo Giguere

L’histoire de St-Joachim-de-Shefford est celle d’un village qui, il n’y a pas si longtemps, avait un genou au sol. Au lieu de s’en contenter, voire se laisser choir, c’est un village qui a su se relever. Retrousser ses manches, sauver son école, mobiliser sa communauté pour avancer. L’inauguration de la Coop Au cœur du village est le symbole du travail accompli.

Avec un restaurant, une station-service et un dépanneur, il faut admettre que la Coop au cœur du village vient redonner un cœur à St-Joachim-de-Shefford. Un lieu de rencontre pour tisser des liens, un carrefour sur lequel la vie économique de la communauté peut s’appuyer.

 

Six ans déjà que Jacques Sauvé et son équipe travaillent à bâtir la coop. Une projet dont l’investissement s’élève à 1,5M$. À travers les embûches environnementales, financières et autres, les porteurs du projet n’ont jamais lâché prise. «Merci de ne pas avoir abandonné», leur a lancé le maire de St-Joachim-de-Shefford René Beauregard au cours de son allocution.

 

Celui-ci en avait aussi long à dire au sujet de la solidarité et de l’engagement dont font preuve ses citoyens. À une époque où l’individualisme règne, M. Beauregard s’émeut devant la mobilisation de gens qui ne travaillent pas seulement pour leur prospérité personnelle, mais pour celle de leur communauté.

 

«C’est l’apogée de tout ce qui a été fait jusqu’à date», souligne le maire qui s’empresse d’ajouter qu’il «ne faut pas penser que tout est gagné». Une position partagée par le président de la coop Jacques Sauvé. «Je préfère y voir le commencement de quelque chose. Ce qui est derrière nous est passé», répond-il.

 

N’empêche que l’imposant bâtiment au cachet champêtre, que l’on doit à l’atelier d’architectes Alan Bellavance, représente la vitrine une vitrine de vitalité. «Ça donne une image positive, une image de prospérité», estime René Beauregard.

 

Les résultats de la vitalité de St-Joachim-de-Shefford peuvent d’ailleurs se quantifier de façon bien simple. «Depuis six années, il s’est construit 84 résidences, alors qu’on en avait eu 20 en 20 ans! D’ailleurs, on va ouvrir deux nouvelles rues qui devraient permettre de bâtir encore une vingtaine de maisons», révèle le maire.

 

 

Achalandage monstre!

Bien sûr, l’attrait de la nouveauté attire les curieux et les administrateurs de la coop s’y attendaient, mais depuis l’ouverture des portes le 3 décembre l’achalandage dépasse les attentes.

 

D’ailleurs, à l’arrivée de GranbyExpress.com, jeudi matin, il y avait trois véhicules de la Sûreté du Québec dans le stationnement du restaurant. Une opération policière? Non! Les policiers ont adopté l’endroit.

 

«Ils sont venus le premier matin d’ouverture et depuis, ils viennent régulièrement», raconte fièrement Roch Poirier qui agissait comme maître de cérémonie de la conférence de presse.

 

Pour les policiers, comme pour bien des automobilistes de la route 241, le nouveau complexe devient un lieu de référence. Il se trouve au centre du triangle formé par Waterloo, Roxton Pond et Roxton Falls.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires