Un Granbyen porté disparu

Un Granbyen porté disparu

Jean-François St-Jean a été vu pour la dernière fois mardi matin à sa résidence de la rue Lemieux.

DISPARITION. Le Granbyen Jean-François St-Jean manque à l’appel depuis plus de 24 heures, une situation qui inquiète grandement les membres de sa famille. L’homme de 62 ans a été vu la dernière fois mardi avant-midi à sa résidence de la rue Lemieux.

«On présume qu’il est parti faire une randonnée à vélo, probablement pour une courte période parce qu’il a apporté le strict nécessaire comme une gourde», raconte Karine St-Jean, la fille du disparu. Le Granbyen n’aurait pas apporté ses pièces d’identité. En après-midi, voyant qu’il ne revenait pas, «ma mère a visité les pistes cyclables qu’il avait l’habitude de parcourir. Elle a ensuite appelé ma sœur pour ratisser plus large», ajoute Mme St-Jean. Sans résultat, elles ont communiqué avec les policiers, vers 21h00.

Au dire de Karine St-Jean, il s’agit d’une situation extraordinaire. «Ce n’est pas dans ses habitudes», note-t-elle. Si la police précise que l’homme pourrait être dépressif, Karine St-Jean réfute. «Il a certaines périodes de déprime, notamment avec les saisons, mais il n’a pas d’antécédents. Il n’est pas médicamenté. Il a des hauts et des bas comme tout le monde», dit-elle.

La fille du disparu croit davantage à la thèse d’un accident de type délit de fuite ou à un malaise pour expliquer la disparition de son père. «Peu importe, on veut juste qu’il nous donne un signe de vie.»

Recherche

Si les policiers patrouillent le secteur à pied et à VTT, la famille de Jean-François St-Jean met également du sien. «Nous participons aux recherches. Les policiers ont ratissé la piste cyclable l’Estriade et nous, nous avons été au parc de la Yamaska. On va jusqu’à la Campagnarde. On essaie de voir ne serait-ce que son vélo», ajoute-t-elle.

«On ferme les portes une à une. Nous avons fait des vérifications à sa résidence, dans son entourage, dans le voisinage. On sait qu’il aime faire du vélo, donc nous avons ratissé les sentiers de vélo et les pistes cyclables. Après cela, nous n’avons plus d’information pour pousser plus loin et plus large nos recherches», indique l’agent Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby.

Ce dernier invite les citoyens résidant dans le secteur de la rue Lemieux à collaborer dans cette enquête. «S’ils l’ont vu ou ont vu un vélo, qu’ils nous appellent. Ça pourrait nous permettre de réorienter l’enquête», ajoute le porte-parole.

Si elle se croit encore dans le déni, Karine St-Jean confie que la situation est difficile. «Ma mère et ma sœur sont sous le choc. Je vis un cauchemar, ce n’est pas la réalité. C’est très difficile pour nous. Je ne souhaite pas ça à personne.» Par chance, la famille peut compter sur le support d’amis et de proches.

Description

Jean-François St-Jean, âgé de 62 ans, s’exprime en français. Il mesure 1,70 mètre et pèse 70 kilos. Il a les yeux verts et les cheveux gris. Il porterait également une barbe de quelques jours.

Il serait vêtu d’un manteau bleu et gris, de même que d’un pantalon de jogging bleu. Il pourrait se déplacer à l’aide d’un vélo de marque Specialized noir et rouge.

Toute personne ayant de l’information à transmettre aux policiers est priée de communiquer avec l’enquêteur Martin Daigle au (450) 776-8333, poste 3611, mdaigle@ville.granby.qc.ca ou via Échec au Crime au 1-800-711-1800.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires