Bromont: un spectacle aérien mieux rodé en 2018

ÉVÉNEMENT. Le comité organisateur confirme le retour, dès l’an prochain, du Spectacle et salon aérien des Cantons de l’Est (SSACE) et compte remédier, lors de la prochaine édition, à plusieurs problématiques constatées sur les lieux du 15 au 17 septembre.

Le spectacle se déroulera aux deux ans en alternance avec celui de Bagotville, mais reviendra dès 2018 pour se positionner au calendrier à chaque année paire. Si les dates officielles ne sont pas encore confirmées, on sait que deux journées complètes de spectacles sont prévues.

Les bénévoles se remettent donc immédiatement au travail, afin de ramener les prouesses aériennes, mais également un salon de l’emploi. Cette nouveauté, cette année, a remporté un franc succès selon ses instigateurs, alors qu’environ 2000 CV ont été soumis auprès d’une quarantaine d’employeurs œuvrant dans l’aéronautique.

Des ratés à corriger

Le trafic s’est vu nettement amélioré depuis l’édition 2014, puisque le boulevard de l’Innovation a pu demeurer ouvert cette année grâce à la récente acquisition d’un terrain de 500 000 pieds carrés d’IBM. Reste que la circulation ne s’est pas déroulée sans anicroche: les spectateurs se sont pour plusieurs butés à un système de navettes défaillant. Résultat: des familles ont dû marcher sur une longue distance pour se rendre du stationnement à la billetterie obligatoire puis à l’entrée du site.

«Comme parent, voir les petits enfants marcher au gros soleil comme je l’ai vu, ça m’a tué», admet le président du conseil d’administration du SSACE, François Dandenault. Il a, comme plusieurs autres bénévoles, mis la main à la pâte en embarquant des marcheurs à bord de voiturettes de quatre ou huit places durant toute la fin de semaine.

Pour pallier à la situation l’an prochain, l’idée de procéder à travaux routiers est dans l’air afin de former une boucle qui relierait l’intersection des boulevards de Montréal et de l’Innovation et le chemin le long du Fabritec.

«On va pouvoir aller débarquer les gens à la porte. Quand ils vont vouloir s’en aller, il va toujours y avoir un autobus qui va circuler», ajoute le président. Des pourparlers avec la Ville de Bromont et le propriétaire d’un lot doivent toutefois avoir lieu. L’impossibilité de reculer les autobus pour réorienter leur trajectoire était au cœur du problème, a expliqué l’organisation lors de son bilan final.

Des impondérables

Un trou à l’horaire dimanche, causé par le désistement à la dernière minute des militaires de Griffon, devait être remplacé par des prouesses de CF-18 avant son départ officiel de Bromont. Or, celui-ci est resté cloué au sol. «Un module électrique devait être remplacé. Il ne voulait pas décoller», explique le directeur de la programmation, Joseph Singerman.  L’appareil n’a pu quitter l’aéroport Roland-Désourdy que mercredi.

De plus, les seuls spectacles aériens ont été devancés à 10h sans avertissement par une personne responsable de la gestion, alors qu’ils devaient plutôt, comme la veille, débuter à 13h. Des spectateurs, pour le prix d’une admission plein prix, se sont donc présentés pour l’après-midi sans pouvoir observer le moindre avion fendre les airs et ont dû se contenter de ceux disposés au sol.  «Les personnes qui sont rentrées dès midi sont remboursées. On a une équipe qui est en place (pour le faire)», fait valoir monsieur Dandenault. Douze plaintes ont au total été adressées au comité organisateur.

Un crash informatique

Autre problème constaté: une trop grande affluence, soit 10 000 visiteurs simultanés sur le site web de l’événement, a contribué, et ce dès le vendredi soir, à le rendre hors service. Nombreux sont ceux qui n’ont ainsi pu avoir accès à la programmation.

«Le serveur choisi par l’équipe n’était pas suffisamment puissant pour gérer l’achalandage. C’est aussi bête que ça», explique le directeur du développement pour Aéro Emploi et membre du comité organisateur, Jean-Sébastien Guay. Le comité organisateur prévoit régler la situation dès l’an prochain.

Une première expérience

Rappelons que l’événement a connu un succès populaire. Pas moins de 33 600 spectateurs ont afflué pour l’édition 2017. Selon une firme qui a procédé à environ 600 entrevues sur place, un taux de 80% a été enregistré. Environ 77%  des gens sondés venaient à Bromont pour la première fois et exclusivement pour assister au SSACE. Les groupes étaient quant à eux composés d’en moyenne 3,6 personnes.