Encore un été à patienter avant de découvrir Divertigo

BROMONT. Ce ne sont pas les occasions qui manquent pour jouer dehors à Bromont, mais le projet Divertigo risque d’attirer l’attention avec ses immenses structures de poutres et de câbles. Il faudra toutefois s’armer de patience avant d’y grimper puisque l’ouverture n’est prévue qu’à l’été 2019.

Par Ugo Giguère

Si rien n’est encore visible dans la montagne, le projet de parc d’attractions Divertigo est bien amorcé à Bromont. Le travail s’effectue toutefois dans la paperasse et les finances pour le moment. «Il devrait y avoir des annonces prochainement. On est à 95 % prêt à passer à la prochaine étape», a confié le promoteur Marco Patry au Granby Express. En raison du déménagement du projet de Magog vers Bromont, l’entreprise a dû restructurer son financement et finaliser son entente de bail avec le propriétaire des lieux Bromont, montagne d’expériences.

Selon l’entente entre les parties, Divertigo demeure totalement indépendante. À titre de locataire, elle devrait partager certains services comme le stationnement et la billetterie avec Bromont, montagne d’expériences et le parc aquatique. «On devrait être prêt pour l’été 2019, annonce Marco Patry. L’installation de ces structures-là, c’est extrêmement long. Il y a une installation préliminaire qui doit être faite à l’automne, c’est très positif. D’ici là, c’est un jeu de patience.»

Charles Désourdy, président de Bromont montagne d’expériences, confirme qu’il ne reste que les détails du bail à ficeler. «On a une poignée de main et on s’entend sur les grandes lignes. Les deux parties veulent s’entendre», reconnaît-il.

Le lieu serait aussi bien ciblé, l’attraction de jeux aériens serait érigée tout juste derrière le parc aquatique, si la Ville de Bromont donne son aval. Pour Bromont montagne d’expériences, l’ajout de Divertigo vient offrir une activité complémentaire aux villégiateurs, d’après Charles Désourdy. «C’est certain qu’il y a une partie de la clientèle qui va vouloir essayer cette attraction-là. Pour nous, ça correspond à notre vision d’entreprise d’attirer des villégiateurs. Ça vient compléter l’offre déjà présente», décrit l’homme d’affaires.

Suspendu dans les cordages

Le promoteur du projet Marco Patry a choisi d’implanter son parc d’attractions de jeux aériens à Bromont après avoir été chassé de Magog par une vive opposition citoyenne. L’idée originale du concept est inspirée de parcs qu’a visité le promoteur sur la côte est américaine. «Quand j’ai commencé, en septembre 2014, il n’y avait rien comme ça au Québec. C’était innovateur, ça fait un gros «wow» quand tu vois ces structures-là», mentionne-t-il.

Depuis, des projets semblables ont vu le jour à Montréal (Voiles en voiles) et à Notre-Dame-du-Mont-Carmel (Domaine de la forêt perdue). Il reste que le projet Divertigo devrait plaire à un large public puisqu’on pourra y parcourir quatre niveaux de hauteur. Le plus bas niveau s’adresse aux enfants, dès l’âge d’environ cinq ans. «Il doit y avoir une combinaison d’âge et de grandeur. Si l’enfant est capable de s’accrocher et qu’il peut atteindre 1,4 mètre en levant les bras, il devrait pouvoir entrer», indique M. Patry. Et pour ce qui est des grands (éternels) enfants, il n’y a pas de limite!

Par ailleurs, l’équipe de Divertigo s’intéresse à accueillir de jeunes adultes aux prises avec des difficultés motrices ou des handicaps légers.