Réservoir Lemieux : un bassin d’eau construit dans la tourmente

HISTOIRE. Le réservoir Lemieux, bassin d’eau potable de la ville de Granby, a été construit il y a 45 ans. Ce réservoir qui a été aménagé pour régler un problème de sécheresse a été construit dans la tourmente. Saut dans le passé.

L’historien Mario Gendron, collaborateur régulier de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska, relate qu’en 1930, le lac du mont Shefford, source d’eau potable depuis 1894, ne comble plus les besoins de Granby.

À cette époque, la Ville connait toutefois un important développement démographique et industriel. Granby achète un barrage en amont du pont de la rue Principale et aménage une station de pompage et une usine de filtration pour subvenir aux besoins en eau. L’eau est puisée au lac du Mont Shefford, l’été, et au lac Boivin, l’hiver.
 
«En 1948, alors que tous croient définitivement réglée la question de l’eau, Granby se trouve confrontée à une sécheresse si grave qu’elle force la fermeture de cinq usines», relate M. Gendron.

Une quinzaine d’années plus tard, le niveau des cours d’eau est une source constante d’inquiétude, même qu’il menace les activités industrielles de la Ville, indique le coordonnateur de la division du traitement des eaux de la ville de Granby, Claude Ouimette.

«À l’été 1965, le niveau de l’eau au barrage de la rivière Yamaska est jusqu’à 33 pouces sous son niveau normal. La Ville est alors à quelques jours d’une pénurie totale d’eau potable. Des lettres sont envoyées aux citoyens et à toutes les industries de la ville pour limiter au strict minimum la consommation de l’eau», précise le coordonnateur.

La Ville songe alors à s’approvisionner au lac de Waterloo, au lac du mont Shefford et même au lac Memphrémagog, situé à des dizaines de kilomètres.

Le projet du réservoir Lemieux qui permettrait à la Ville d’ajouter plus de 300 millions de gallons d’eau à ses réserves semble la meilleure solution. D’autant plus que «le projet représente une solution à long terme au problème et qu’il permet d’envisager une importante expansion démographique et industrielle», précise M. Ouimette.

Effets souhaités
Une fois aménagé, le réservoir Lemieux a les effets escomptés, assure M. Ouimette. «Le réservoir améliore certains paramètres de la qualité des eaux de la rivière par sa capacité d’autoépuration et permet ainsi un traitement de l’eau moins onéreux», ajoute-t-il.
 
Par ailleurs, le réservoir peut toujours être observé. Un système de télémétrie permet de faire des interventions à distance à partir d’un ordinateur qui est situé à la centrale de traitement d’eau, informe le coordonnateur.

Litige
La construction du réservoir Lemieux a mené à un litige opposant la ville de Granby à l’entrepreneur, Désourdy Construction, indiquent l’historien et le coordonnateur.
En 1967, le contrat est octroyé à l’entrepreneur pour 1,5M$.

En 1971, la compagnie réclame un montant de 200 000$ parce qu’elle juge que la composition du sol a entrainé des frais supplémentaires. La Ville refuse de verser ce montant. En 1973, à la suite d’une requête de Désourdy Construction, un jugement de la Cour supérieure force Granby à se soumettre à un processus d’arbitrage.

Claude Ouimette précise que le processus d’arbitrage n’aura jamais lieu. «Les deux parties s’entendent finalement par le biais d’un règlement hors cours en 1979», écrit-il.

Caractéristiques du réservoir
Le réservoir Lemieux est relié au lac Boivin et au réservoir Choinière par la rivière Yamaska. Il est d’une longueur de 600 mètres sur une longueur de 400 mètres. Avec également ses six mètres de profondeur, la capacité d’eau du réservoir est de 300 millions de gallons d’eau brute, soit une réserve d’une durée de 20 jours.

Épisodes marquants
1975
Le réservoir est à une semaine d’être épuisé en raison d’un épisode de sécheresse. L’année suivante, le ministère des Ressources naturelles entame la construction du barrage Choinière
1984
L’eau a un goût et une odeur désagréable en raison d’une prolifération massive d’algues. Comme le scénario se répète l’année suivante, la ville de Granby épand du lait de chaux sur la surface de l’eau. Les résultats sont immédiats
2006
À nouveau, présence de cyanobactéries
2014
Des poissons morts sont retrouvés sur les berges du réservoir. Aucune conclusion ne peut en être tirée