Un homme arrêté pour une fraude à Granby

FAITS DIVERS. La vigilance des employés d’un commerce de Granby a permis aux policiers de mettre la main au collet d’un fraudeur, la semaine dernière. Karl Ouellet fait maintenant face à la justice.

Le suspect de 24 ans, de Longueuil, a téléphoné dans un commerce granbyen qui vend du matériel informatique et a utilisé le nom d’une personne connue du milieu des affaires de Granby pour effectuer des achats. Il a demandé à ce que la livraison soit effectuée à Laval. «Les employés ont eu un doute. Ils ont effectué des vérifications et ont communiqué avec les policiers», précise l’agent Marc Farand, porte-parole du Service de police de Granby.

Le 29 avril dernier, des policiers de Granby se sont rendus à Laval à l’heure et à l’endroit prévus pour la livraison. Karl Ouellet était sur place. S’il s’attendait à recevoir son matériel, Ouellet s’est plutôt fait passer les menottes aux poings. Il a été conduit au poste de police de Granby et a comparu le 30 avril au palais de justice. Il a été formellement accusé de supposition de personne et de fraude de plus de 5 000$. Après sa comparution, Karl Ouellet, qui était connu du milieu policier pour des antécédents en semblable matière, est demeuré détenu. Il a été amené à nouveau devant le juge lundi pour son enquête caution. Le magistrat a accepté de le remettre en liberté moyennant des engagements et un dépôt de 5 000$.

Le Service de police de Granby rappelle aux commerçants qu’«en cas de doute, il faut effectuer des vérifications et au besoin, d’appeler les policiers», conclut l’agent Farand.

Lien?

En mars dernier, la Chambre de commerce Haute-Yamaska et région (CCHYR) appelait ses membres à la vigilance après que deux tentatives de fraude au nom de la CCHYR aient été déjouées. Le mode opératoire alors dévoilé est le même que celui utilisé par le suspect Ouellet, mais au moment d’écrire ces lignes, ce dernier n’a pas été accusé en lien avec ces tentatives de fraude.

Interrogé par GranbyExpress.com en début d’après-midi lundi, le directeur général par intérim de la CCHYR, Sylvain Perron, n’était pas au courant qu’une arrestation avait été effectuée, mais soulignait l’heureux dénouement. «Je suis content! C’est vraiment un bon coup d’avoir dénoncé et que ça a ait permis une arrestation», souligne-t-il.

Depuis l’envoi du message de prévention en mars dernier, M. Perron note qu’aucune autre tentative n’a été rapportée à la Chambre de commerce. «C’était tombé aux oubliettes. Il ne s’est rien passé depuis», précise le DG.