Un premier album aux allures intimes pour Maxime Lapointe

Photo de Abdennour Edjekouane
Par Abdennour Edjekouane
Un premier album aux allures intimes pour Maxime Lapointe
Maxime Lapointe durant le lancement de son album «Papa» au Club Soda de Montréal. (Photo : Gracieuseté-Jean-François Samson-SupernovAction Films)

MUSIQUE. MUSIQUE. La relève artistique est foisonnante à Granby, la preuve en est avec la parution récente du premier album de Maxime Lapointe, ancien candidat à La Voix et demi-finaliste du Festival international de la chanson de Granby. Une première pour le Granbyen d’adoption qui se livre complètement à son public.

«Fébrile», voilà le mot qui décrit Maxime Lapointe au lendemain du lancement de son tout premier album «Papa», effectué au Club Soda de Montréal devant un peu plus de 300 personnes. Un « rêve d’enfant » que le chanteur a accompli en se produisant dans ce club devant son entourage et son public.

C’est à travers onze titres que l’-auteur-compositeur-interprète se met à nu et se livre sans langue de bois. «Papa » est parsemé de paysages musicaux divers composés principalement par les sonorités de la guitare et du piano, le tout accompagné par une poésie délicate, mais toujours teintée d’authenticité. Les sujets «crus» abordés avec une musicalité très chill et posée sont interprétés par une voix sensible et émotive qui confère une aura particulière au premier album de Maxime Lapointe.

Pour arriver à ce résultat, il aura fallu pas moins de sept ans de travail et d’effort à l’ancien protégé de Pierre Lapointe à l’émission La Voix. «C’est colossal le travail sur cet album. Je ne chante pas pour le plaisir, même si oui ça me fait du bien et c’est mon métier de le faire, mais ce sont des chansons qui parlent de choses vraies, c’est un peu une psychanalyse de moi-même. Je me mets à nu histoire de faire quelque chose d’intéressant», confie Maxime Lapointe.

Après tant de travail, l’artiste confie qu’il baigne aujourd’hui dans un mélange de délivrance et de fierté. Malgré le nombre d’années consacré à cet album, l’artiste ne craint pas de manquer le train des tendances musicales. «Ces chansons-là ne sont pas faites dans un contexte temporel, elles ne sont pas à propos d’un contexte actuel, mais plutôt des émotions que tout le monde vit tout le temps. Les émotions, ça va tout le temps rester, on ne peut pas s’en défaire », confirme le jeune artiste de 22 ans qui a élu domicile à Granby il y a quelques années.

Et pour cause, le jeune chanteur réussit parfaitement à transmettre ses émotions et son message au public, comme en témoigne la chanson «Papa», qui clôt l’album et qui a donné son nom à ce dernier. «Je l’ai appelé « Papa » pour faire honneur à mon père. Le suicide est un sujet tabou, mais ça n’a aucun sens que ça le soit. J’ai perdu mon père de ça, il y en a plein de gens qui ont perdu des personnes pour ça, donc j’ai fait de mon mieux pour m’exprimer en une chanson», explique-t-il.

«Ce qui m’a poussé à faire cet -album-là, c’est la vie, tout simplement. Mon job à moi, ce n’est pas de faire des albums, moi je fais de la musique. Je suis tombé dedans depuis que j’ai 11 ans, depuis que je me rappelle, je me ramasse à écrire des choses pour peut-être me sentir mieux », conclut le sympathique jeune homme.

L’album de Maxime Lapointe est disponible sur toutes les plateformes d’écoute et sur le site de l’artiste au https://instinctmusique.com/produit/papa/.

À noter que l’auteur-compositeur-interprète sera au Palace de Granby le 24 novembre prochain pour la première partie du spectacle d’Éric Lapointe. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires