Deux jeunes entrepreneurs souhaitent démocratiser l’utilisation du chanvre

Deux jeunes entrepreneurs souhaitent démocratiser l’utilisation du chanvre

Jérémie Audet et Darko Popovic, les deux fondateurs de Bon vivant

Crédit photo : Journal Le Guide - Xavier Demers

CHANVRE. Deux jeunes dans la vingtaine de la région de Granby ont lancé la marque Bon vivant et entameront les démarches pour la mise en marché de barres nutritives à base de brisures de chanvre. Ils désirent par le fait même sensibiliser la population aux bienfaits de la plante pour la santé.

Jérémie Aubut, 25 ans, de Shefford, et Darko Popovic, 23 ans, de Granby, visent, entre autres, les gens qui ont une vie active, mais aussi les familles et les travailleurs, avec leur produit.

Les deux hommes ont d’abord lancé un organisme à but non lucratif en 2016, Chanvre Québec, pour réunir l’information, faire un portail francophone et promouvoir la plante.

«C’est à partir de là qu’on s’est rendu compte qu’il y avait une opportunité alimentaire, a indiqué Darko Popovic. Même si on est très forts au Québec pour en cultiver et que les gens trouvent fantastiques les valeurs nutritives, ils n’y sont pas accoutumés et ne savent pas vraiment comment l’intégrer dans leur alimentation.»

«Les deux, on avait la même réflexion, on est en business, mais on veut pas juste faire de l’argent pour faire de l’argent, a ajouté Jérémie Aubut. On veut venir toucher la vie des gens et avoir un impact positif pour la société. On voit le chanvre comme un ambassadeur et comme une solution écologique de choix. Le chanvre pousse partout, on peut en faire plein de produits dérivés.»

Bon vivant peut également profiter du soutien d’Entrepreneuriat Haute-Yamaska, qui l’appuie dans ses démarches.

«On accompagne les entrepreneurs pour les aider à vivre un succès, a expliqué la conseillère en entreprises, Andréanne Daigle. On est là pour leur donner des outils pour valider leurs hypothèses. On n’est pas là pour leur dire quoi faire, mais plutôt leur amener des pistes de réflexion.»

«Ce que j’aime aussi d’Entrepreneuriat Haute-Yamaska, c’est leur réseau de contact, a ajouté Jérémie Aubut. Ça nous aide à faire du réseautage. Je trouve que c’est un bel apport, parce qu’eux rencontrent beaucoup d’entrepreneurs comme nous.»

Cannabis

Si certaines personnes associent encore le chanvre à l’utilisation récréative du cannabis, il faut savoir que le chanvre ne contient pas de THC, l’agent psychotrope du cannabis.

La légalisation du cannabis à usage récréatif, prévue pour le 17 octobre, risque fort bien d’alléger la tâche des deux entrepreneurs.

«Avec la légalisation, il y a plein de belles choses qui s’en viennent, a indiqué Jérémie Aubut. Le chanvre a été pris malheureusement sous la loi de Santé Canada, alors qu’il devrait être sous Agriculture Canada. Il y a certaines complexités, mais presque tout va tomber le 17 octobre.»

Les deux hommes désirent également continuer de sensibiliser la population aux bienfaits du chanvre.

«On veut sensibiliser les gens que s’il y a bien une chose que tu devrais donner à ton enfant, c’est du chanvre, affirme Darko Popovic. Ça contient tellement d’oméga 3 que ça vient aider énormément au développement du cerveau. Il ne faut pas tourner le dos à une plante qui a autant à offrir.»

Campagne de financement

Afin de pouvoir bien amorcer leur entreprise, les deux hommes ont lancé une campagne de financement sur La Ruche Estrie.

En six jours, ils ont amassé 36 % de leur objectif de 6000 $, avec encore un mois à faire à la campagne.

«On ne prend rien pour acquis, mais on est fiers de notre départ. Avec ça, on a tout le côté distribution à finaliser. Si tout va bien, on aimerait ça qu’à la mi-novembre ou mi-décembre, le produit soit dans ses premières boutiques», a conclu Jérémie Aubut.