François Bonnardel déjà en mode électoral

François Bonnardel déjà en mode électoral

Le caquiste François Bonnardel a été élu pour la première fois en 2007 dans le comté de Shefford.

POLITIQUE. Si ce sont surtout les élections municipales qui défraient actuellement les manchettes, François Bonnardel, lui, a déjà les yeux rivés sur le prochain scrutin provincial. À la demande de son chef, le député de Granby est déjà en mode électoral.

Le leader de la Coalition Avenir Québec (CAQ) François Legault avait demandé à son équipe d’être prête dès le 15 août en vue du déclenchement possible d’une nouvelle campagne. S’il juge «peu probable» que le premier ministre Philippe Couillard déclenche avec un an d’avance un nouveau scrutin, faisant ainsi un pied de nez à la loi prévoyant des élections à date fixe, le député Bonnardel est déjà bien préparé. Le caquiste n’attend que le signal du départ pour se lancer dans la course, sollicitant ainsi un cinquième mandat.

«On était en rencontre mercredi (6 septembre) avec notre comité d’action locale à Granby. On sait déjà où seront nos pancartes et notre local. Ceux qui seront responsables des différents dossiers et du pointage sont aussi prêts. On sort nos cartes, la liste des endroits à visiter et  celle des résidences», explique l’élu. Ce dernier s’est d’ailleurs récemment déplacé dans la circonscription Louis-Hébert, où des partielles auront lieu le 2 octobre pour combler le siège laissé vacant par Sam Hamad.

Dualité politique

Le politicien estime que les prochaines élections pourraient s’avérer déterminantes pour sa formation politique: «Le vent est bon. Après dix ans de vie politique, je ne tiens rien pour acquis. Par contre, je crois que les Québécois sont prêts pour un gros changement». Il fait ainsi référence à un possible éclatement de la dynamique bipartite des 50 dernières années au Québec. «On est une alternative crédible aux libéraux et je pense qu’on le démontre», défend M. Bonnardel.

Si le caquiste admet que la vie politique n’est pas toujours de tout repos, l’idée de quitter cet univers ne l’a pas effleurée. «Je sais que ça fait cliché, mais c’est vrai: j’ai encore le feu sacré», admet celui qui, à 49 ans, n’est pas prêt à passer le flambeau. 

Une quinzaine de personnes prennent part au comité d’action local de la CAQ dans la circonscription de Granby. Au total, le territoire compte 275 membres en règle de la formation politique.