Granby: les oiseaux font leur nid au parc Pelletier

Granby: les oiseaux font leur nid au parc Pelletier

De nombreux membres de l'Atelier 19 ont pris part à la confection de ces maisonnettes destinées aux oiseaux

CULTURE. Revampé grâce à une cure de jouvence de 529 000 $, le parc Pelletier a été officiellement inauguré vendredi, quelques mois après la fin des travaux de réaménagement qui ont donné une toute nouvelle image à l’espace vert.

Élus, membres de l’administration municipale, cols bleus et citoyens  y étaient réunis, aux côtés des artistes qui ont créé les nouvelles installations embellissant les lieux. En effet, le parc, désormais pavé et muni de bancs lumineux et de végétation, accueille également six œuvres d’art confectionnées à base d’acier corten, dont une fontaine déjà en opération.

Les sculptures ont été conçues par cinq artistes de Granby et d’ailleurs, ainsi que par de nombreux membres de l’Atelier 19, à la suite d’un concours d’intégration d’œuvres d’art lancé par la ville en janvier 2016. Thématique retenue pour enjoliver l’endroit, les oiseaux ont fait leur nid au parc Pelletier : plusieurs éléments, de la naissance des volatiles à leur envol, y sont maintenant représentés.

«Quelque chose d’unique»

Ayant fait du réaménagement de l’espace vert un cheval de bataille, le maire Pascal Bonin était on ne peut plus heureux de célébrer sa réalisation. Résidant lui-même dans le quartier, l’élu s’est dit ému de voir autant de personnes prendre part au rendez-vous. Il espère que ce n’est qu’un début:  «Après plus de 65 ans sans investissement, on a injecté un beau montant dans le parc pour faire quelque chose d’unique. Ce dont je suis le plus content, c’est de voir les gens s’approprier le parc». M. Bonin a aussi souligné le travail colossal déployé par l’administration municipale dans la concrétisation de ce projet «made in Granby».

Des idées pour emporter

Chargée de la conception des nouveaux aménagements, la contremaître aux parcs et terrains de jeux, Danielle Saint-Jean,  a souligné l’aspect pédagogique du projet. Celle qui agit également à titre d’architecte paysagiste pour la Ville de Granby espère maintenant que l’idée fera des petits en dehors du parc, qui vulgarise les différents besoins des oiseaux et ce qui peut contribuer à les attirer. «Si jamais on  convainc un citoyen, un visiteur de poser une maison d’oiseaux à la maison, par exemple, ou de créer un petit bain ou un hôtel à insectes en famille, le projet aura été une réussite», estime-t-elle.

Le patrimoine de Granby… miniaturisé!

L’Atelier 19 a pris part à la confection d’une pièce regroupant quinze maisons d’oiseaux juchées sur des tiges réalisées par l’artiste Jean-Yves Côté. Un travail de moine pour les membres de l’organisme, qui se spécialisent généralement dans les murales et mosaïques. Des plans à la fabrication en passant par la peinture, ils ont, avec une quinzaine de jeunes,  conçu des abris à oiseaux inspirés de réelles résidences patrimoniales granbyennes.

Admettant que le tout a été complexe, la directrice, Francine Charland, est d’avis que le regroupement existant depuis 15 ans a effectué son mandat tout en produisant un résultat exceptionnel: «La puissance de l’Atelier 19, c’est le travail d’équipe, la solidarité et l’engagement. Donc on est allés au bout de tout ça».

En plus de ces artistes de M. Côté, les artistes Jules Lasalle, Nadia Mercier, Jean-François Maheu et Maurice Harvey ont créé les œuvres accessibles au parc. Le sculpteur de Granby Roger Lapalme a aussi contribué au projet.

Ce dernier a été rendu possible grâce à la participation financière d’Hydro-Québec, chiffrée à un peu plus de 43 000 $.