Les histoires de vie des immigrants racontées

Les histoires de vie des immigrants racontées

La bibliothèque Paul-O-Trépanier était bondée, vendredi après-midi, à l'occasion du lancement du projet «Biblio-migrante, des histoires de vie».

Crédit photo : (Photo: GranbyExpress-Roxanne Langlois)

COMMUNAUTÉ. Les familles immigrantes et réfugiées récemment arrivées à Granby doivent pour plusieurs composer avec le deuil d’une ancienne vie et d’un quotidien à mille lieues de leur nouvelle réalité. Souhaitant les soutenir dans cette transition et leur donner la parole, Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) a lancé, vendredi dernier, son projet «Biblio-migrante, des histoires de vie».

La fierté était sur les visages de tous les participants réunis à la bibliothèque Paul-O-Trépanier à l’occasion de la présentation des 12 livres réalisés dans le cadre de cette initiative du service d’intégration scolaire de l’organisme.

Suite à des appels logés par des enseignants, le SERY a constaté qu’un élève séparé de son pays d’origine et vivant avec la perte de ses repères peut développer de la démotivation, voire de la frustration sur les bancs d’école. L’instance a donc imaginé une façon d’amener les jeunes nouvellement arrivés qui doivent intégrer une toute nouvelle culture à exprimer leur vécu et à en retirer les bienfaits.

Douze livres ont été produits par le SERY.

«Quand on se sent bien, on apprend bien et plus rapidement», résume Karen Alvarez, coordonnatrice à l’intégration scolaire. L’idée est également d’encourager les activités de littératie en famille et de valoriser les compétences des parents qui ne parlent parfois pas encore la langue française.

13 familles, sept langues

La collection de livres a été conçue à la suite d’entrevues réalisées avec 13 familles en provenance des quatre coins du monde et au terme de deux à quatre rencontres. À partir des récits des jeunes, les parents rencontrés ont écrit un texte dans leur langue maternelle, ensuite traduit en français par leurs propres enfants. Sept langues différentes sont au total utilisées; chaque histoire est présentée aussi bien dans la langue d’accueil que dans la langue première de la famille narratrice.

«Les participants racontent des anecdotes vécues ici, comparent les deux systèmes. Certains parlent aussi de leurs traditions», explique Mme Alvarez. «On a voulu que ce soit fait sur une belle note,  pour démontrer l’aspect positif de l’immigration», ajoute la coordonnatrice à l’intégration scolaire. Précisons que certaines familles ont pris part aux illustrations enjolivant les bouquins.

Raconter pour sensibiliser

La communauté granbyenne en entier sortira grandie de cette expérience, puisque les œuvres constitueront un outil de sensibilisation inédit. «On veut faire tomber l’étiquette d’immigrant et les préjugés. On veut montrer les êtres humains, des personnes qui ont une histoire, une maison, des amis et une famille comme vous», explique Mme Alvarez.

Pour ce faire, les livres réalisés sont disponibles pour consultation à la bibliothèque municipale jusqu’au 7 juillet prochain. Ceux-ci seront ensuite offerts aux établissements scolaires à des fins d’activités pédagogiques. Le projet «Biblio-migrante, des histoires de vie» a été mené à bien grâce à une contribution du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, avec l’appui de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs.