Eco Balle: des balles de tennis ont le droit à un deuxième service

ENVIRONNEMENT. Quand Richard Soucy a débuté des tests pour pressuriser des balles de tennis usagées dans son sous-sol, à la fin de l’année 2023, il était loin de s’attendre à redonner vie à plus de 4000 d’entre elles aujourd’hui. Son entreprise, Eco Balle, souhaite éviter à tout prix que les balles de tennis se retrouvent à la poubelle.

«Je sais qu’il y a quelque chose à faire. Je veux juste que les gens soient plus conscients de ce qui se passe sur la planète», explique l’entraîneur de tennis et enseignant en éducation physique à l’École secondaire du Verbe Divin, Richard Soucy. Il n’en revient pas qu’une majorité de joueurs de tennis jettent leurs balles et qu’elles se retrouvent la plupart du temps dans des sites d’enfouissement.

Durant le dernier hiver, M. Soucy a travaillé sur un processus pour être en mesure de prolonger la durée de vie des balles sur les terrains de tennis. Après de nombreux essais avec son groupe de tennis au Verbe Divin, il est arrivé à un procédé concluant. Un chimiste de l’école l’a aidé à atteindre son objectif. «Le sport a rencontré la science. Ça ne pourrait jamais être parfait, parce que c’est du recyclage, mais c’est satisfaisant», mentionne-t-il.

Développement

Eco Balle répond aux besoins en balles de tennis de nombreux clubs de tennis au Québec. L’entreprise a conclu des ententes avec Tennis Granby et elle est déjà bien connue à Sherbrooke, Montréal, Québec et Rivière-du-Loup.

«Présentement, je pressurise les balles des Championnats Banque Nationale de Granby qui ont été utilisées à la fin de l’été dernier, mais elles sont restées cachées depuis. À l’heure où on se parle, j’ai pressurisé quatre caisses», confirme M. Soucy.

Ses services sont recherchés par les entraîneurs pour leurs cours de tennis. «Chaque fois que je parlais à quelqu’un du milieu, on me répondait que c’était une bonne idée et que des balles m’attendaient si je les voulais», déclare le créateur d’Eco-Balle à la rigolade. Selon M. Soucy, les académies peuvent sauver jusqu’au tiers du prix d’une caisse de balles neuves avec Eco Balle.

Bien entendu, toutes les balles de tennis ne peuvent pas être pressurisées à nouveau pour être réutilisées. Richard Soucy y a pensé et ne compte pas jeter ses balles «mortes». Il est actuellement en phase d’essais avec une compagnie de Bois-des-Filion, qui est intéressée par l’aspect écologique du projet. «Les balles de tennis pourraient être transformées en dos d’âne», déclare l’entrepreneur. Cette entreprise réfléchit aussi à trouver une utilité à toutes les composantes de la balle, dont le feutre.

En famille

Pour augmenter sa visibilité, Richard Soucy a fait appel à sa fille pour créer un logo et lancer une page Facebook ainsi qu’un site Web. «C’est un projet père-fille. Elle ne connait pas le tennis, mais elle trouve que c’est important au niveau de l’environnement», explique le père de Justine Soucy.

De cette manière, il est désormais possible de se procurer des balles sur le site Web ecoballe.ca. Selon M. Soucy, on économise jusqu’à 40 % du prix des balles neuves en faisant affaire avec Eco Balle.

Populaire

Des initiatives ont déjà vu le jour ailleurs au Québec pour recycler les balles de tennis. Ce qui distingue Richard Soucy, c’est qu’Eco Balle permet de jouer à nouveau au tennis avec les balles.

Tous les joueurs de tennis ont sûrement déjà croisé des boîtes de récupération de balles dans des clubs de tennis. Cela représente de nombreux projets environnementaux qui ont pour but de ne pas jeter les balles. Elles deviennent plutôt de «l’or vert», qui peut servir à construire de nouveaux terrains de tennis, entre autres.

M. Soucy s’inscrit avec son projet dans une tendance observable depuis quelques années, où les joueurs de tennis souhaitent s’impliquer dans le recyclage des balles. Il raconte qu’Eco -Balle est maintenant son principal sujet de discussion quand il donne des leçons de tennis.

«Des commerçants de la région sont prêts et très intéressés à vendre mon produit. Le défi, contrairement à un recycleur de balle de golf, c’est que quand la balle de tennis est pressurisée, elle doit être utilisée tout de suite», conclut Richard Soucy, en ne sachant pas ce qu’Eco Balle deviendra dans le futur.