Motion Parc Évolutif: Granby aura un nouveau centre de divertissement innovateur

Motion Parc Évolutif: Granby aura un nouveau centre de divertissement innovateur

Les copropriétaires de Motion Parc Évolutif, Jim Lebel, Édith Cabana, Patrick St-Laurent et Virginie Cadorette sont photographiés en compagnie du cascadeur professionnel Marc-André Brisebois (au centre).

Crédit photo : (Photo: GranbyExpress-Roxanne Langlois)

ACTIVITÉ PHYSIQUE. Un entrepreneur au cœur d’enfant, Patrick St-Laurent, fait le pari de faire bouger les jeunes. Il le fera au moyen de Motion Parc Évolution, un parc récréatif innovateur qui allie technologie et disciplines d’avant-garde et qui aura bientôt pignon sur Principale, à Granby.

Voilà maintenant un an que l’entrepreneur travaille à la mise en branle du projet, qui  devrait finalement voir le jour tout juste avant la fin des classes dans les anciens locaux de  Plantes et Décors Véronneau et de Bain Dépôt. Effectuant un véritable changement de carrière,  l’homme qui a œuvré dans le domaine de l’aéronautique pendant 17 ans proposera un lieu combinant une structure Ninja Warrior modulable, un Parkour ainsi que des jeux conçus par Lü-Aire de jeux interactive. Le centre granbyen sera d’ailleurs le deuxième seulement au Québec à proposer cette activité.

Une fosse de cubes de mousse de 18 par 20 pieds permettra également aux participants de tester des figures à partir d’un trampoline. «Les gens qui sont habitués à faire des sports de différents niveaux vont être capables de venir s’amuser», lance-t-il, précisant toutefois que l’entreprise vise particulièrement les 10 à 21 ans.

Le début d’une aventure

Alors qu’il s’intéressait d’abord aux parcs de trampolines qui se multiplient en province, l’entrepreneur de 37 ans a finalement changé de cap. «J’ai essayé de voir c’était quoi, la prochaine vague qui s’en venait et c’est là que j’ai vu que le Ninja Warrior et le Parkour prenaient beaucoup de place», se souvient-il.

Aux côtés de ses trois partenaires, Virginie Cadorette, Édith Cabana et Jim Lebel, le propriétaire est parvenu, non sans efforts, à dégoter les lieux parfaits où concrétiser son idée; ils comptent 12 500 pieds carrés. «On veut devenir un centre spécialisé, mais ouvert au grand public, donc c’est quelque chose de nouveau. On espère que c’est le premier d’une belle aventure […] Si on voit que le concept peut marcher, rien ne dit qu’on ne va pas le déployer ailleurs», prévoit le trentenaire.

Ce dernier souhaite d’ailleurs que l’entreprise demeure à l’affût des prochaines tendances sportives, le centre étant évolutif.

D’abord pour les jeunes

Les équipements, qui constituent un investissement approximatif d’un demi-million $, pourront être adaptés en fonction des aptitudes et des événements organisés sur place, que ce soit pour des groupes scolaires ou corporatifs. Lui-même papa de trois fillettes, le grand passionné de sports espère rendre accessible aux adolescents un lieu rassembleur supplémentaire vers lequel converger.

Un système de sons et d’éclairage, des écrans géants et des caméras seront installés. «On veut mettre de l’ambiance ici, on veut être plus qu’un centre de divertissement. On veut être un endroit surtout pour les adolescents où ils vont avoir envie de sortir les vendredis et les samedis soirs», explique-t-il. M. St-Laurent invite aussi les parents à venir défier leurs jeunes dans les différentes activités offertes, question de vivre des moments agréables avec eux et de découvrir de nouvelles disciplines.

Si la clientèle locale est évidemment visée par l’entreprise, celle de passage sera également interpellée, les installations étant d’ailleurs situées tout juste en face de l’Hôtel Castel & Spa Confort.

Un cascadeur et des entreprises locales

Un cascadeur professionnel, Marc-André Brisebois, participe à la conception du design du centre afin de le rendre attrayant. La présence au sein de l’équipe technique de celui qui a pris part à plus de 50 tournages contribuera également à rendre les installations encore plus sécuritaires. «Avoir un centre intérieur comme ça, c’est hyper  excitant, mais je ne vous cacherai pas que l’aspect sécurité, pour nous, est important, parce que je veux que mes enfants et les enfants des autres viennent s’amuser sans se blesser», note Patrick St-Laurent.

L’équipe d’Adrénalium de Granby travaille également à l’élaboration des lieux. D’autres entreprises locales prennent part à l’aventure, par exemple Show Devant et D-Motik. Notons que l’invention conçue par RBD Board, une planche spécifiquement dédiée à la slackline, pourra aussi être testée en exclusivité sur place.

L’arrivée de la nouvelle entreprise devrait contribuer à créer entre dix et 15 emplois, dont plusieurs à temps partiel.