L’Occident promet armes et argent à l’Ukraine

La Presse Canadienne
L’Occident promet armes et argent à l’Ukraine

COPENHAGUE — Les nations occidentales se sont engagées jeudi à envoyer des armes à l’Ukraine, tandis que l’interdiction totale de l’Union européenne sur les importations de charbon russe est entrée en vigueur alors que les sanctions contre Moscou affectaient désormais même ses exportations de défense.

Le chancelier Olaf Scholz a promis jeudi que l’Allemagne «expédie des armes ― un grand, un grand nombre, de grande envergure et très efficaces. Et nous continuerons à le faire dans les temps à venir».

L’Allemagne, considérée au début de la guerre comme une alliée nonchalante, a déjà approuvé des exportations militaires d’au moins 710 millions $ US. M. Scholz a déclaré que l’engagement de l’Allemagne dans ces exportations était une rupture «massive» avec son passé. Il a ajouté que Berlin fournirait également une aide financière supplémentaire à l’Ukraine.

À Copenhague, le Royaume-Uni et le Danemark se sont également engagés à renforcer la défense de l’Ukraine pour repousser l’invasion russe qui a dévasté le pays et s’est répercutée dans le monde entier, causant des dommages économiques et l’épuisement des approvisionnements alimentaires.

«Nous ne vous laisserons pas tomber», a déclaré la première ministre danoise Mette Frederiksen lors de l’ouverture d’une conférence des donateurs. Le Danemark a déclaré qu’une nouvelle contribution de 113 millions $ US porterait le montant total du financement de la petite nation du Nord de 5,8 millions $ US à plus de 500 millions $ US. Elle l’a appelé «un énorme don».

Et pour mettre plus de pression sur la Russie, le Royaume-Uni a annoncé qu’il enverrait des systèmes de lance-roquettes multiples supplémentaires et des missiles guidés à l’Ukraine pour l’aider à résister à l’invasion russe.

Les nouvelles armes, dont le nombre n’a pas été précisé, viennent s’ajouter à plusieurs systèmes de lancement de fusées donnés par le Royaume-Uni à l’Ukraine plus tôt cette année. Le Royaume-Uni a déclaré que les nouveaux missiles peuvent atteindre des cibles jusqu’à 80 kilomètres avec une précision extrême.

Le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a estimé que le soutien militaire renforcé montre que l’Occident «se tiendra au coude à coude, fournissant une aide militaire défensive à l’Ukraine pour l’aider à se défendre contre l’invasion de Poutine».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a plaidé pour plus d’aide par visioconférence.

«Nous avons besoin d’armements, de munitions pour notre défense, a-t-il lancé. Plus tôt nous arrêterons la Russie, plus tôt nous pourrons nous sentir en sécurité.»

Le Royaume-Uni a dit que Moscou était déjà mise à rude épreuve par la nécessité de produire des véhicules de combat blindés pour ses troupes en Ukraine et qu’il «est donc très peu probable qu’elle soit capable d’honorer certaines commandes à l’exportation», dans un secteur dont elle est depuis longtemps fière.

La mise à jour du renseignement de défense britannique, soulignant «l’effet croissant des sanctions occidentales», concorde avec la conviction occidentale que la série de mesures imposées au Kremlin depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février a de plus en plus d’impact sur l’économie russe.

La mise à jour indique qu’en raison de la guerre et des sanctions, «sa capacité industrielle militaire est désormais mise à rude épreuve, et la crédibilité de nombre de ses systèmes d’armes a été minée par leur association avec les mauvaises performances des forces russes».

La crédibilité militaire de la Russie a été mise sous pression mercredi lorsque l’Ukraine a annoncé que neuf avions de combat russes avaient été détruits dans une série d’explosions sur une base aérienne en Crimée sous contrôle russe, ce qui semblait être le résultat d’une attaque ukrainienne.

La Russie a nié qu’aucun avion ait été endommagé dans les explosions ― ou qu’une attaque ait même eu lieu. Mais les photos satellitaires ont clairement montré qu’au moins sept avions de chasse de la base avaient explosé et que d’autres ont probablement été endommagés.

M. Wallace a rejeté les explications russes des explosions, y compris un mégot de cigarette égaré, comme des «excuses».

«Lorsque vous regardez simplement les images de deux explosions, je pense qu’il est clair que ce n’est pas quelque chose qui se produit lorsque quelqu’un laisse tomber une cigarette», a ironisé M. Wallace.

Jeudi a également marqué le jour où une interdiction de l’UE sur les importations de charbon en provenance de Russie est entrée en vigueur après une longue phase d’introduction remontant à avril. L’UE a déclaré que cela affecterait environ 25 % des exportations de charbon russe et créerait une perte d’environ 8 milliards $ US par an. L’UE tente également de se sevrer des importations de gaz russe, mais est trop dépendante pour imposer une interdiction complète.

Alors que la Russie continue de subir des pertes dans son invasion de l’Ukraine, le Kremlin a refusé d’annoncer une mobilisation à grande échelle, notamment parce qu’une telle décision pourrait être très impopulaire pour le président Vladimir Poutine. Cela a plutôt conduit à un effort de recrutement secret qui comprend l’utilisation de prisonniers pour combler la pénurie de main-d’œuvre.

Cela survient également au milieu de rapports selon lesquels des centaines de soldats russes refusent de se battre et tentent de quitter l’armée.

Sur le terrain en Ukraine, trois personnes ont été tuées pendant la nuit dans la ville de Nikopol, selon le gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, Valentyn Reznichenko, et neuf autres blessées dans le bombardement qui a endommagé une quarantaine d’immeubles.

Nikopol est à environ 50 kilomètres en aval de Zaporijjia. Dans la région de Donetsk, 11 personnes ont été tuées au cours de la dernière journée, dont six à Bakhmout, selon le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko. Bakhmout est une cible clé pour les forces russes alors qu’elles tentent d’avancer vers l’est.

Le gouverneur de la région russe de Koursk, Roman Starovoit, a déclaré jeudi que deux villages près de la frontière ukrainienne ― Tetkino et Popovo-Lezhachi ― avaient été la cible de tirs ukrainiens. Il n’a pas immédiatement donné de détails sur les victimes ou l’étendue des dégâts.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires