Un missile russe serait tombé près d’une centrale nucléaire

Karl Ritter et Jon Gambrell, La Presse Canadienne
Un missile russe serait tombé près d’une centrale nucléaire

KYIV, Ukraine — Un missile russe est tombé près d’une centrale nucléaire dans le sud de l’Ukraine sans endommager les trois réacteurs, mais a touché d’autres équipements industriels dans ce que les autorités ukrainiennes ont dénoncé lundi comme un acte de «terrorisme nucléaire».

La frappe faisait suite à des avertissements du président russe Vladimir Poutine concernant d’éventuelles attaques intensifiées contre des infrastructures ukrainiennes clés, après que ses forces eurent subi des revers humiliants sur le champ de bataille.

Le missile a frappé à 300 mètres de la centrale nucléaire de Pivdennoukrainsk, également connue sous le nom de centrale nucléaire du sud de l’Ukraine, selon l’opérateur nucléaire ukrainien Energoatom.

Des images de vidéosurveillance en noir et blanc diffusées par le ministère ukrainien de la Défense montrent deux grosses boules de feu qui éclatent l’une après l’autre dans l’obscurité, suivies de pluies d’étincelles incandescentes. Un horodatage sur la vidéo indique 19 minutes après minuit.

Le ministère et Energoatom ont tous deux qualifié la frappe de «terrorisme nucléaire». Le ministère russe de la Défense n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat. L’organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies, l’Agence internationale de l’énergie atomique, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur l’attaque.

La centrale nucléaire est la deuxième plus grande d’Ukraine après la centrale nucléaire de Zaporijjia, qui est la plus grande centrale nucléaire d’Europe et a été à plusieurs reprises sous le feu pendant la guerre. Les deux centrales ont des réacteurs de même conception.

Les forces russes occupent l’usine de Zaporijjia depuis les premiers jours de l’invasion de près de sept mois par Moscou. Des bombardements répétés ont coupé ses lignes de transmission, obligeant les opérateurs à fermer ses six réacteurs pour éviter une catastrophe radioactive. La Russie et l’Ukraine ont échangé la responsabilité des frappes.

L’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré qu’une ligne de transmission principale a été reconnectée vendredi, fournissant l’électricité dont la centrale de Zaporijjia a besoin pour refroidir ses réacteurs. L’AIEA a des moniteurs à l’usine.

Tout en avertissant vendredi d’une éventuelle intensification des frappes contre les infrastructures ukrainiennes, M. Poutine a affirmé que ses forces avaient jusqu’à présent agi avec retenue en réagissant aux tentatives ukrainiennes de frapper les installations russes.

«Si la situation évolue de cette façon, notre réponse sera plus sérieuse», a prévenu M. Poutine.

«Tout récemment, les forces armées russes ont lancé quelques frappes percutantes, a-t-il déclaré, faisant référence aux attaques de la semaine dernière. Considérons cela comme des frappes d’avertissement.»

En plus des infrastructures, les forces russes continuent également de pilonner d’autres sites. Le dernier bombardement a tué au moins huit civils et en a blessé 22 autres, a annoncé lundi la présidence ukrainienne.

Pendant la nuit, les forces russes ont frappé deux villes situées de l’autre côté du fleuve Dniper depuis l’usine de Zaporijjia, endommageant des dizaines de bâtiments et coupant l’alimentation électrique de certaines sections de Nikopol et de Marhanets, a indiqué le bureau présidentiel.

Dans le village de Strilecha, dans la région nord-est de Kharkiv, des bombardements russes ont tué quatre travailleurs médicaux qui tentaient d’évacuer des patients d’un hôpital psychiatrique et blessé deux patients, a déclaré le gouverneur de Kharkiv Oleh Syniehubov.

Des frappes russes ont également touché Kramatorsk et Toretsk dans la région orientale de Donetsk, selon le bureau présidentiel.

Energoatom a déclaré que l’explosion du missile de lundi a brisé plus de 100 fenêtres du complexe industriel qui comprend l’usine de Pivdennoukrainsk. Cela a également provoqué la fermeture temporaire d’une centrale hydroélectrique à proximité, a-t-il ajouté. Le bureau présidentiel ukrainien a indiqué que l’attaque avait également coupé trois lignes de transport d’électricité.

L’usine est située le long de la rivière Southern Bug, dans la région méridionale de Mykolaïv, à environ 300 kilomètres au sud de la capitale, Kyiv.

Patricia Lewis, la directrice de la recherche sur la sécurité internationale au groupe de réflexion Chatham House à Londres, a estimé que les attaques contre la centrale de Zaporijjia et la frappe de lundi témoignent d’une tendance des planificateurs militaires russes à tenter de mettre hors ligne les centrales nucléaires ukrainiennes avant l’hiver en ciblant les alimentations électriques qui les faire fonctionner en toute sécurité.

«C’est un acte très, très dangereux et illégal de viser une centrale nucléaire, a déclaré Mme Lewis dans une interview. Seuls les généraux connaîtront l’intention, mais il y a clairement un modèle.»

«Ce qu’ils semblent faire à chaque fois, c’est essayer de couper l’alimentation du réacteur, a-t-elle ajouté. C’est une façon très maladroite de le faire, car quelle est la précision de ces missiles ?»

D’autres frappes russes récentes sur les infrastructures ukrainiennes ont visé des centrales électriques dans le nord et un barrage dans le sud. Elles sont intervenues à la suite d’une vaste contre-attaque ukrainienne dans l’est du pays qui a touché les forces russes, récupérant une large bande de territoire précédemment occupé dans la région de Kharkiv et brisant ce qui était en grande partie devenu une impasse dans la guerre.

Le retrait russe a marqué la plus grande défaite de Moscou depuis qu’elle a retiré ses forces des environs de Kyiv après une tentative ratée de capturer la capitale au début de l’invasion.

Le revers a alimenté de nouvelles discussions parmi les critiques nationalistes russes du Kremlin qui se demandent pourquoi Moscou n’a pas plongé l’Ukraine dans les ténèbres au début de l’invasion en frappant toutes ses principales centrales nucléaires.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires