Pasquier prend de l’expansion et s’installera à Granby

Pasquier prend de l’expansion et s’installera à Granby

La deuxième succursale de Pasquier sera similaire à celle de Saint-Jean, mais sera plus petite.

Crédit photo : Canada Français-Jessyca Viens-Gaboriaus-

ÉCONOMIE. Le marché d’alimentation Pasquier fera finalement des petits. La famille Paquette a décidé de prendre de l’expansion et d’ouvrir une deuxième succursale à Granby à l’extrémité ouest de la ville, ce qui créera plus de 200 emplois.

Le copropriétaire de Pasquier, Robert Paquette, confirme que des travaux sont en cours pour préparer le site sélectionné. Pour pouvoir mettre sur pied son projet, le Groupe alimentaire PMA, dont les Paquette sont les principaux actionnaires, a acheté… une rue au complet.

Selon le quotidien La Voix de l’Est, Pasquier et les propriétaires de la bannière Rubino ont acquis, en décembre dernier, la rue Dutilly au complet ainsi que toutes les propriétés qui la bordent. Les maisons seront démolies pour céder le pas à au moins deux magasins.

Pour l’instant, l’investissement requis n’a pas été dévoilé parce qu’il reste encore trop d’éléments impondérables à être ajoutés au projet. Les plans sont faits, mais encore là, on refuse d’avancer une date d’ouverture tant et aussi longtemps que la construction du nouveau bâtiment ne sera amorcée.

Le Pasquier granbyen devrait être un peu plus petit que celui de Saint-Jean-sur-Richelieu (70 000 pieds carrés contre 100 000 pieds carrés). Il devrait toutefois être très similaire à ce qu’on retrouve à l’intérieur de l’épicerie johannaise, notamment le ratio de 60% d’aliments périssables qui font sa renommée.

«Le statu quo n’était plus envisageable pour nous, explique Robert Paquette. On grossissait, ou on vendait.»

Relève

La décision a été facilité par la présence d’Annie Paquette au sein de l’entreprise, précise-t-il. Mme Paquette, qui était directrice adjointe du magasin à Saint-Jean-sur-Richelieu, sera appelée à piloter le projet de Granby.

«La relève est là, ça nous motive, avoue-t-il. Sinon, on fait ça pour qui, pour quoi? Nous avons quand même encore le feu sacré. Tu ne te lances pas dans ce genre d’investissement si tu n’as plus de passion. Cette expansion va renforcir l’entreprise et assurer sa pérennité.»

Si Pasquier est passé à l’acte maintenant, c’est que les actionnaires principaux arrivent au moment où il faut songer à passer le flambeau, explique Robert Paquette. Lui-même vient d’avoir 65 ans, et il ne se voyait pas retarder un projet de cette envergure pour trois ou cinq autres années.

Similitudes

Si les Paquette ont choisi Granby pour implanter leur deuxième Pasquier, c’est qu’ils y voient des similitudes avec Saint-Jean. Il s’agit d’une ville centre qui dessert un bon périmètre de municipalités telles Bromont, Saint-Paul-d’Abbotsford et le Canton de Shefford.

Granby a aussi la particularité d’être assez éloignée des grands centres, remarque Robert Paquette. Autant Montréal que Sherbrooke sont à 45 minutes de voiture.

«À Saint-Jean, il y a l’International de montgolfières qui donne sa signature à la ville, observe-t-il. À Granby, c’est le zoo. La ville est en développement, particulièrement dans le secteur où nous nous implanterons. Canac s’y est installé, la SAQ est là tout comme le Canadian Tire. D’autres commerces vont venir. Nous sommes également à proximité des Galeries de Granby.»

L’accessibilité a été un facteur déterminant dans le choix du site. La rue Dutilly est à l’intersection des routes 112 et 139, facilitant ainsi la venue des résidents de l’extérieur de Granby.

Équipe

L’arrivée de Pasquier à Granby signifiera la création de plus de 200 emplois, note M. Paquette. La direction n’a pas l’intention de transférer des gens de Saint-Jean, mais se servira de son personnel pour aller former celui de Granby et lui transmettre les valeurs de l’entreprise.

«C’est important de servir les clients là-bas comme des membres de la famille, estime-t-il. À Saint-Jean comme à Granby, les gens s’identifient beaucoup à leurs commerces. Il faut créer un sentiment d’appartenance envers Pasquier, ce qui voudra dire s’impliquer dans la communauté.»

La logistique devra aussi être modifiée. Les deux Pasquier se serviront de l’entrepôt situé à l’arrière de l’épicerie du boulevard Saint-Luc, mais les aliments périssables seront livrés directement à Granby pour offrir des produits plus frais aux consommateurs.