Philippe Bédard collabore au lancement d’un programme de ski adapté à Bromont

Philippe Bédard collabore au lancement d’un programme de ski adapté à Bromont

En plus de son parcours en paratennis, Philippe Bédard s'implique dans la mise sur pied d'un programme de ski adapté dans sa ville natale, Bromont.

Crédit photo : Granby Express - Ghyslain Forcier

SPORTS. Philippe Bédard s’implique dans un programme de ski adapté, avec l’intention de propager le rêve paralympique.    

Chapeautée par la Fondation des sports adaptés et son directeur Steve Charbonneau, l’initiative Ski adapté élite vise à rejoindre des para-athlètes d’un peu partout au Québec pratiquant la discipline du ski assis (sitski).

«C’est une suite logique qui va dans la lignée de la croissance de la fondation, fait valoir Charbonneau. Ceux qu’on a initiés au ski adapté et qui ont de bonnes aptitudes pourront passer à une étape supérieure.

«En plus, en implantant ce programme, on ne touche aucunement à celui d’Owl’s Head [initiation au ski alpin adapté]», poursuit celui qui est en poste depuis quatre ans.

Dès janvier, les skieurs dévaleront les pentes de Bromont, montagnes d’expériences, la station touristique ayant décidé de s’investir dans le projet, à l’instar de la Ville de Bromont.

C’est là où tout a commencé pour Philippe Bédard. «Le ski demeure le premier sport que j’ai pratiqué. J’en ai fait pendant 12 ans au niveau compétitif. Je veux donc redonner à Bromont, donner la piqûre du sport aux gens handicapés et produire des athlètes qui se rendront aux Jeux paralympiques», souligne-t-il quant à son désir de s’impliquer.

Son engagement découle d’une promesse faite au moment où il se trouvait sur un lit d’hôpital, à Sherbrooke. Peter Treacy, alors président de la Fondation des skieurs handicapés de l’Estrie, devenue la Fondation des sports adaptés, l’avait approché pour l’initier à ce sport. «C’est lui qui m’a permis de faire du ski il y a 12 ans, à Owl’s Head. Je lui ai toujours dit que j’allais l’aider à un moment donné», lance Bédard.

À terme, on souhaite que Bromont se transforme en pivot du ski adapté pour l’Est canadien. «La Ville a tous les atouts nécessaires. Nous avons déjà le Centre national de cyclisme, donc pourquoi ne pas amener l’équipe nationale paralympique de ski? C’est dans le domaine du possible», mentionne Philippe Bédard.

Du recul

Le tennisman en fauteuil roulant s’est tenu loin des courts pour la majeure partie de 2017, question de donner une chance à son épaule droite de guérir. Un repos salutaire puisqu’à son retour, aux championnats canadiens à la fin octobre, du côté de Calgary, il remportait les finales de simple et de double, ses 11e et 12e titres en carrière.

Il mise depuis peu sur l’aide d’un nouvel entraîneur et compte reprendre l’entraînement «à doses modérées» au cours des prochaines semaines.