Raconte-moi ta taverne du coin

Raconte-moi ta taverne du coin

Les deux créateurs derrière la «Tournée générale» présentée à la Taverne nationale, Dominic Marcil et Hector Ruiz, feront lecture de leur création poétique en compagnie de quatre autres auteurs.

Crédit photo : GranbyExpress-Éric Patenaude

CULTURE. Entre deux pichets de bière et une langue de porc dans le vinaigre, bien des histoires s’écrivent et se racontent dans une taverne. Alors pourquoi ne pas se payer la traite durant un 5 à 7 en écoutant des poètes nous présenter leur «palace de la grosse bière» réel ou imaginaire tout en poésie. Bienvenue à la Tournée générale à la Taverne nationale.

Le vendredi 19 octobre prochain, sur le coup de 17h, le public et les vétérans du National de la rue Principale, à Granby, pourront assister à un show de poésie grâce au projet Piliers poétiques de taverne mené par Dominic Marcil et Hector Ruiz. En grande première, l’univers rassembleur et obscur de la taverne sera raconté en mots par Dominic Marcil, Hector Ruiz, Catherine Cormier-Larose, Louis Hamelin, Érika Soucy et Claudine Vachon. Ces six auteurs de divers horizons se lanceront dans le vide en offrant une lecture performée de leurs textes inspirés du monde des tavernes.

«Ça fait un petit bout de temps qu’on s’y intéresse au National pour différentes raisons. C’est une place un peu mythique et un peu intrigante à plusieurs égards et il y a un an, on a commencé à s’y intéresser un peu plus parce que la grand-mère de la copine d’Hector (Ruiz) a été copropriétaire de la taverne dans les années 60. Et ça nous a donné l’idée de creuser la place», a confié Dominic Marcil, enseignant en littérature au Cégep de Granby.

Un livre à venir

Après avoir jasé avec les serveurs, les serveuses et les habitués de la place durant une année et épluché les archives de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska, les auteurs Dominic Marcil et Hector Ruiz, ont finalement réussi à griffonner leur taverne sur papier. Et la soirée poésie n’est qu’un début. «En s’intéressant au lieu (Taverne nationale), ça nous a poussés à vouloir écrire un livre. Mais avant d’en arriver à la publication, on souhaitait un peu redonner au lieu en lisant des textes inspirés de la taverne et en invitant des amis et des connaissances à venir parler de leur bar ou de leur taverne de leur coin de pays», a expliqué M. Marcil.

Une taverne, c’est un puits de sujets sans fond. Joie, rigolade, détresse, solitude, famille, amitié, amour, déception, recueillement, camaraderie, machine à sous. Dominic Marcil et Hector Ruiz n’ont visiblement pas manqué de matière lors de leur processus de création. «Ça fait un an qu’on vient ici (au National) et dans une taverne, il n’y a pas de fin. Il y a toujours des histoires à attendre. Tout le monde est toujours le bienvenu. Dans une taverne, on te prend comme tu es», a exprimé Hector Ruiz.

Rappelons que le projet de Dominic Marcil et d’Hector Ruiz bénéficie de l’aide de la Ville de Granby par l’entremise du programme de Soutien aux initiatives culturelles.