Messi reprend sa quête d’une Coupe du monde avec un rendez-vous contre les Pays-Bas

Steve Douglas, The Associated Press
Messi reprend sa quête d’une Coupe du monde avec un rendez-vous contre les Pays-Bas

DOHA, Qatar — Lionel Messi qui croise le fer avec Virgil van Dijk. Le plus jeune sélectionneur à la Coupe du monde de soccer qui se mesure à l’aîné du groupe. L’Amérique du Sud face à l’Europe. Bref, une affiche prestigieuse.

Le duel de quarts de finale entre l’Argentine et les Pays-Bas, prévu vendredi, possède tous les ingrédients d’un classique. Et la possibilité qu’il s’agisse du dernier match de Messi sur la plus grande scène du soccer ne fait qu’ajouter à l’anticipation.

Sept fois lauréat du Ballon d’or remis au joueur de l’année, Messi n’a besoin que de trois victoires pour réaliser le plus grand rêve de sa carrière sportive. Toutefois, deux personnes en particulier pourraient lui bloquer le chemin.

Il y a d’abord van Dijk, l’un des meilleurs défenseurs au monde au cours des cinq dernières années. Si un joueur est capable de stopper Messi lors de l’un de ses dribbles typiques, c’est l’élégant défenseur central, qui combine le rythme sur le terrain à une excellente lecture du jeu.

Et ensuite, il y a Louis van Gaal, le rusé stratège de 71 ans qui a récemment subi avec succès un traitement contre le cancer de la prostate et qui espère maintenant remporter la Coupe du monde dans ce qui pourrait être le dernier mandat de ses 26 ans de carrière d’entraîneur.

Van Gaal, depuis longtemps l’une des personnalités les plus charismatiques du soccer, aborde cette tâche avec beaucoup de plaisir, même à la veille de l’un des matchs les plus importants de sa carrière.

Jeudi, il s’est fait dire qu’Angel Di Maria, un porte-couleurs de l’équipe argentine, pense qu’il est le pire entraîneur-chef pour lequel il ait joué, à la suite de leur association avec Manchester United en 2014-15.

Van Gaal a répondu en disant que c’était dommage que Di Maria voit les choses ainsi — «il est l’un des rares joueurs à avoir dit ça», a-t-il noté, alors que «habituellement, c’est l’inverse» — et a ajouté qu’il a déjà eu un différend avec le capitaine des Pays-Bas, Memphis Depay, qui était assis à ses côtés.

«Maintenant, nous nous embrassons», a lancé van Gaal tout en se penchant vers Depay, les bras étendus.

Van Gaal s’est aussi fait demander comment il comptait s’y prendre pour stopper Messi, une question à laquelle de nombreux entraîneurs, au fil des ans, ont été incapables de répondre.

«Ce serait pas mal stupide de révéler votre propre stratégie, a-t-il déclaré, en souriant. Mais ce n’est pas si difficile d’arriver à une réponse. Vous auriez pu donner une réponse vous-même. Vous pourriez essayer de bloquer et fermer les couloirs de passes. Est-ce que j’ai raison, Memphis?»

Quant à son rival, Lionel Scaloni pourrait être perçu comme un novice après avoir accepté le poste en 2018 dans ce qui est devenu son premier rôle d’entraîneur-chef au niveau senior.

Malgré cela, le sélectionneur de 44 ans a déjà mené l’Argentine à un triomphe à la Copa America l’année dernière — le premier championnat d’importance du pays depuis 1993 — et est parvenu à relancer son équipe après le sidérant revers contre l’Arabie saoudite en lever de rideau de la phase de groupe.

Alors que van Gaal prédisait un match serré dont l’issue sera déterminée par un «moment décisif», Scanoli a dit prévoir une «partie superbe parce que nous parlons de deux formations nationales portées vers l’attaque, mais aussi capable de défendre».

Il devrait s’agir d’une bataille de styles entre deux puissances historiques du football. L’Argentine, deux fois championne, prône un jeu axé sur la possession et les Pays-Bas, trois fois finalistes, sont maintenant portés sur la contre-attaque sous la direction de van Gaal.

Les deux pays se sont affrontés lors de matchs de prestige à la Coupe du monde, mais aucun plus important que la finale de 1978, gagnée par l’Argentine dans ses terres.

Il y a également eu un duel des quarts de finale en 1998, gagné par les Pays-Bas grâce à un but de toute beauté de Dennis Bergkamp, pendant la 90e minute de jeu. Et aussi la victoire de l’Argentine aux tirs de barrage lors des demi-finales de 2014.

Messi a pris part à ce match et avait été peu visible face à une équipe que dirigeait également van Gaal.

Huit ans plus tard, Messi demeure le joueur étoile de l’Argentine et il a offert sa meilleure performance à l’édition actuelle de la Coupe du monde dans un gain de 2-1 contre l’Australie en huitièmes de finale.

«Le tournoi commence demain pour nous, pour de vrai, a déclaré van Gaal. Sans vouloir diminuer l’importance des autres pays que nous avons battus, l’Argentine et, possiblement le Brésil lors du prochain tour, sont des nations différentes que celles que nous avons affrontées jusqu’à maintenant.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires