Zone agricole: la MRC Haute-Yamaska en mode consultation

Zone agricole: la MRC Haute-Yamaska en mode consultation

Le président du Syndicat de l'UPA de la Haute-Yamaska, Jérôme Ostiguy, le préfet de la Haute-Yamaska, Paul Sarrazin, ainsi que le coordonnateur à l'aménagement, au développement du territoire et au transport collectif pour la MRC, Steve Otis, ont rencontré la presse locale mardi matin.

Crédit photo : (Photo: GranbyExpress-Roxanne Langlois)

PRODUCTION  AGRICOLE. Dans un contexte où les défis sont bien présents dans ce secteur, la MRC Haute-Yamaska enclenchera, le 30 mai prochain, un vaste processus de consultation en quatre actes; ce dernier mènera à l’élaboration du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) spécifiquement dédié au territoire.

La première étape, qui se tiendra à Roxton Pond, mettra la table à cette grande démarche qui résultera en des actions concrètes reliées aux enjeux régionaux. «Avec (le PDZA), la MRC vise à promouvoir les entreprises agricoles ainsi qu’à accroître ou diversifier les productions, les produits, les modèles d’entreprises ou les modes de marché […]», énumère le préfet, Paul Sarrazin.

Pour ce faire, les membres de l’Union des producteurs agricoles (UPA) seront invités à mettre la main à la pâte en partageant leurs connaissances et leurs préoccupations, qui permettront de dresser un portrait fidèle de la zone agricole. Toute personne possédant un intérêt marqué pour ce secteur d’activités est également la bienvenue. «On va être inclusifs là-dedans. Tous les acteurs qui côtoient l’agriculture de façon indirecte, ou même en deuxième ou troisième ligne peuvent avoir leur mot à dire et on veut les entendre», ajoute l’élu, également maire de Sainte-Cécile-de-Milton.

Le processus menant au plan d’action est évalué à environ 80 000 $. La contribution du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) au projet pourrait atteindre 40 000 $.

Trois autres rencontres suivront et serviront en quelque sorte à valider que le futur PDZA constitue bel et bien le reflet de la réalité vécue sur le terrain. La deuxième, qui aura lieu en septembre prochain, permettra de poser un diagnostic. Le troisième rendez-vous, en novembre, visera quant à lui à établir une vision d’avenir concertée. Enfin, l’ultime séance portera concrètement sur un plan d’action. La version préliminaire du document devrait être déposée au conseil des maires de la MRC ainsi MAPAQ au printemps 2019.

Un exercice important

Le président du Syndicat de l’UPA de la Haute-Yamaska, Jérôme Ostiguy, se réjouit de la mise en branle du processus: «Ça fait longtemps qu’on le demande, on est contents de participer à cette formule-là. J’espère qu’on va avoir des résultats et beaucoup de monde, aussi».  C’est également le souhait de Steve Otis, coordonnateur à l’aménagement, au développement du territoire et au transport collectif pour la MRC.  «C’est important, en Haute-Yamaska, cet exercice-là, parce qu’on retrouve un large éventail de productions agricoles. À première vue, la spécificité (du territoire), c’est de faire un peu de tout. Il n’y a pas de produit emblématique […]», explique-t-il.

De 50 à 80 personnes sont attendues. On souhaite d’ailleurs que les participants fassent partie intégrante de toute la démarche; à cet effet, ceux-ci sont invités à prendre part aux quatre ateliers. L’animation des consultations ainsi que l’élaboration du PDZA ont été confiées à la firme Aecom.
Les gens intéressés doivent s’inscrire au préalable sur le site Web de la MRC, au www.haute-yamaska.ca, ou par téléphone auprès de Josée Boisvert: 450 378-9976, poste 2251.