Maladie de Lyme: «c’est un petit choc»_Marie-Ève Fafard

Maladie de Lyme: «c’est un petit choc»_Marie-Ève Fafard
Marie-Ève Fafard

SANTÉ. Une résidente de Bromont, Marie-Ève Fafard, a été aux prises avec la maladie de Lyme au cours des dernières semaines. Elle a eu la confirmation qu’elle était atteinte de cette maladie grâce à des examens sanguins.

«La particularité de mon côté, c’est que je n’ai pas vu la tique et il n’y avait aucune marque. Par la suite, j’ai eu des maux de tête intenses et une vision double. C’est à ce moment que j’ai consultée», raconte Mme Fafard. La Bromontoise a même été victime d’une paralysie faciale et a dû prendre des antibiotiques par intraveineuse pendant 28 jours pour traiter la maladie. «C’est un petit choc. Ça bouscule les plans et ce n’est pas quelque chose que tu t’attends à avoir. Selon moi, la piqûre aurait eu lieu un mois avant l’apparition des symptômes», souligne-t-elle lors de l’entrevue.

Mme Fafard recommande aux gens d’être vigilants lors d’activités extérieures dans le bois ou près de hautes herbes. «Ça doit entrer dans nos habitudes de vie. On doit se protéger et porter une attention particulière à ce qui nous entoure. Il ne faut pas hésiter à utiliser un chasse-moustiques, à porter des vêtements longs et même à s’inspecter.»

Comment se protéger contre la maladie de Lyme

Porter des vêtements qui couvrent la peau

Mettre les chaussettes par-dessus les pantalons

Porter des vêtements de couleur pâle. Les tiques sont plus faciles à repérer.

Éviter les piqûres en appliquant du chasse-moustiques.

Demeurer dans les sentiers dégagés des boisés et des forêts.

Examiner son corps pour repérer la présence de tique après une activité dans un endroit boisé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des