Éducation: Lyne Laverdure veut des écoles en meilleur état

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Éducation: Lyne Laverdure veut des écoles en meilleur état
Lyne Laverdure a rencontré la presse locale mardi matin afin de discuter d'éducation. (Photo : (Photo: GranbyExpress-Roxanne Langlois))

POLITIQUE PROVINCIALE. La candidate libérale, Lyne Laverdure, souhaite que les écoles de Granby soient dans un meilleur état; celle-ci s’engage d’ailleurs à travailler, si elle est élue lundi prochain, afin que tous les établissements scolaires du comté disposent d’air climatisé.

«C’est vraiment un gros problème», fait valoir l’aspirante députée, qui a rencontré la presse locale mardi matin pour présenter ses priorités en éducation. Si le nombre d’écoles ne pouvant actuellement pas compter sur un tel dispositif n’est pas connu de la candidate, celle-ci a été interpellée par un citoyen sur la question et compte bien s’y attaquer afin de favoriser la réussite des élèves et le bien-être du personnel.

«Les enseignants ne peuvent pas donner des  cours de qualité parce que c’est difficile d’enseigner lorsqu’il y a une canicule. C’est épuisant pour eux et il en va de la santé et de la sécurité au travail», lance-t-elle.

La candidate rappelle d’ailleurs que le Parti libéral du Québec (PLQ) a mis en branle, en 2016, un «grand chantier» visant la mise à niveau des écoles vétustes du Québec d’ici 2030. «Les pires» seront priorisées, assure Lyne Laverdure, qui juge que Granby pourrait bénéficier de ces investissements, qui ne sont présentement pas chiffrés.

Avec en poche un nouveau mandat, le gouvernement libéral travaillera, poursuit-elle, à la continuité du programme Une école, un gymnase, afin de doter chaque établissement scolaire de la province d’une telle infrastructure. «Je sais qu’il y en a qui ne sont pas assez grands par rapport à ce qui devrait y avoir», répond Mme Laverdure lorsque questionnée à savoir si des gymnases manquent à l’appel dans la circonscription.

Les constructions et les agrandissements futurs seront des Lab-École, ajoute l’aspirante députée, afin de rendre les établissements plus innovants et stimulants. Mme Laverdure rappelle d’ailleurs que son chef, Philippe Couillard, s’est engagé à investir 2,8 milliards $ de plus sur cinq ans dans la réussite scolaire.

Embauche de professionnels

Un deuxième professionnel sera également, au besoin, ajouté dans les classes d’élèves préscolaires et de première année afin qu’ils soient mieux accompagnés. «Je vais veiller à ce que ça se fasse le plus tôt possible ici», fait valoir la politicienne. Questionnée quant aux coupures de professionnels dans les écoles opérées par sa formation politique au cours du dernier mandat, Mme Laverdure rétorque que le contexte économique le commandait.

«Le Parti québécois a laissé un trou de six milliards $ dans le budget. Il fallait faire quelque chose et il a fallu qu’on en souffre un peu tout le monde […] dans tous les secteurs», défend-t-elle, soulignant que l’injection de fonds publics a repris dès 2016.

Par ailleurs, celle-ci avance qu’il importe de valoriser le travail des enseignants: il faut non seulement les attirer dans la profession, mais aussi les convaincre d’y demeurer. «Le fait qu’ils aient plus d’aide pour enseigner, ça va aider», affirme la libérale, qui admet que les professeurs «sont épuisés» par la tâche de plus en plus lourde à laquelle ils sont confrontés. Celle-ci précise d’ailleurs que les troupes de Philippe Couillard souhaitent abolir les six premiers échelons afin de garantir de meilleures conditions salariales aux nouveaux enseignants.

D’autres engagements nationaux

Pour améliorer le taux de diplomation, les libéraux misent également sur l’implantation de la technologie dans les classes, ce qu’ils souhaitent concrétiser d’ici l’année scolaire 2020-2021. Les élèves du primaire bougeraient 60 minutes chaque jour pour développer de saines habitudes de vie et les examens d’éducation physique seraient abolis pour ces jeunes.

Tous les étudiants et étudiantes inscrits à temps plein profiteront d’un transport en commun gratuit si le gouvernement Couillard est reporté au pouvoir le 1er octobre. Le PLQ s’engage également à ce que soient dispensés gratuitement les services éducatifs pour les enfants de quatre ans, que ce soit en service de garde ou à la maternelle.

Partager cet article