La langue et la culture: un dernier enjeu électoral pour Chantal Beauchemin

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
La langue et la culture: un dernier enjeu électoral pour Chantal Beauchemin
La candidate du Parti Québécois dans Granby, Chantal Beauchemin. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

ÉLECTIONS. En marge des Journées de la culture, la candidate du PQ dans Granby, Chantal Beauchemin, s’est faite la porte-parole de la défense de la langue française et de la culture québécoise.

Si l’enjeu de la langue et de la culture a occupé peu de place durant cette campagne électorale au national, la péquiste a saisi la balle au bond pour vanter le fait français et québécois dans son comté. Si elle obtient la faveur populaire lundi soir prochain, Chantal Beauchemin entend tout mettre en œuvre pour promouvoir le français, entre autres, auprès des nouveaux arrivants. La représentante du chef Jean-François Lisée s’est d’ailleurs engagée à soutenir Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY). Pour la candidate du PQ, il est primordial que l’organisme puisse fonctionner avec un budget décent pour mener ses activités d’intégration et de francisation. Notons que l’organisme a goûté à l’austérité du gouvernement libéral en voyant une partie de son financement être amputée pour des raisons d’équilibres budgétaires.

«J’ai rencontré Mme Ouellette (directrice du SERY) et elle m’a parlé de l’histoire des coupures et je comprends sa frustration. Je lui ai assuré mon support. Si je deviens députée, c’est certain qu’elle peut compter sur moi pour aller chercher les enveloppes pour le SERY.»

Sous un règne péquiste, les artistes locaux bénéficieraient d’un meilleur soutien en ayant accès à des crédits d’impôt pour la recherche et le développement de leurs œuvres artistiques, laisse entendre Chantal Beauchemin.

«Si on veut garder ces artistes de grande valeur à Granby, ils ont besoin de notre aide», a indiqué l’aspirante élue provinciale.

Dans son apologie de la langue française, la candidate a rappelé notamment les promesses de son parti pour inciter les jeunes à consommer la culture québécoise: un don d’un livre pour chaque élève du primaire, un passeport culturel de 50 $ pour les étudiants du secondaire.

La protection des créations littéraires et des libraires québécois face aux géants du commerce de détail (mise en place d’un prix unique pour un livre, interdiction des rabais de plus de 10 % dans les grandes surfaces) figure parmi les mesures proposées par la formation de Chantal Beauchemin. Dans le même ordre d’idées, les Netflix et Spotify de ce monde devraient mettre en vitrine 70 %  de créations québécoises avec un gouvernement du Parti Québécois.

Une campagne enrichissante

En fin de parcours, Chantal Beauchemin est revenue sur les dernières semaines à titre de candidate du PQ. Pour la principale intéressée, l’aventure en politique a été des plus enrichissantes sur le plan personnel.

«J’ai tellement aimé vivre cette campagne. Tellement. Je me suis payé un grand voyage en politique. J’ai rencontré des gens extraordinaires dans ma communauté que je n’aurais jamais rencontrés autrement.»

Les partisans de Chantal Beauchemin et du PQ suivront les résultats électoraux en direct du Pub du Village ce lundi 1er octobre.

Partager cet article