Escalade: O’Bloc sera l’hôte d’une compétition canadienne

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Escalade: O’Bloc sera l’hôte d’une compétition canadienne
Les deux copropriétaires de O'Bloc et amis d'enfance Tommy Carmel (à gauche) et Pascal Rodrigue, photographiés en mai dernier peu après l'ouverture du centre. Quelque 500 000 $ ont au total été investis dans les installations, désormais prises d'assaut par les amateurs d'escalade de bloc d'ici et d'ailleurs. (Photo : GranbyExpress-archives)

SPORTS. Moins d’un an après son ouverture officielle, O’Bloc de Granby s’est déjà taillé une place de choix dans son domaine. À preuve, le centre d’escalade de bloc recevra, le 9 mars prochain, l’élite du sport à l’occasion de la seizième édition du Tour de Bloc-Canadian Bouldering Series.

Ce sont environ 50 athlètes en provenance des quatre coins du Québec qui tenteront de remporter cette étape. Ce sera le premier événement du genre à se tenir dans les locaux de la rue Dufferin, puisque ce sont jusqu’ici des compétitions amicales qui s’y sont tenues. Quelques grimpeurs locaux seront d’ailleurs de la partie.

Pour le copropriétaire des lieux, Pascal Rodrigue, la confiance prodiguée par l’organisateur de cette compétition d’envergure, qui a appris l’existence d’O’Bloc via une vidéo publiée sur le Web, en dit long. «Ça veut dire que le bloc qui était sur le mur, lorsque la vidéo a été tournée, était assez intéressant. Il a dû voir, aussi, qu’on avait beaucoup de place pour recevoir ce genre de compétition-là et un grand mur qui permet de faire une bonne compétition», se réjouit-il.

Le parcours sera pour l’occasion remanié et comptera une quarantaine de blocs disposés différemment. Ceux-ci octroieront des points au compétiteur lorsque franchis, et ce, en fonction du nombre d’essais nécessaires pour y parvenir. Sur le coup de 18h, les finalistes, hommes et femmes, auront ensuite un temps déterminé à leur disposition pour effectuer un maximum de blocs.

Le Tour de Bloc-Canadian Bouldering Series ne pourrait constituer qu’un début, puisque les gestionnaires du centre granbyen n’entendent pas s’arrêter là. Les deux entrepreneurs comptent développer davantage le volet compétitif et tenteront de décrocher la Coupe Québec l’an prochain. Le fait d’avoir été l’hôte d’une compétition canadienne pourrait d’ailleurs peser dans la balance, note le copropriétaire.

Bienvenue aux spectateurs!
Les curieux pourront évidemment venir assister gratuitement au spectacle dès 9h le 9 mars. Un DJ et un animateur seront notamment sur place. Pour M. Rodrigue, il s’agit d’une occasion en or d’accueillir chaleureusement ces athlètes, mais également de montrer concrètement aux personnes intéressées en quoi consiste ce sport encore méconnu de plusieurs.

«On invite fortement les gens à venir voir de quoi ça a l’air, une compétition dans ce genre-là et de voir de bons grimpeurs à l’œuvre. C’est assez impressionnant de les voir aller, ça demande beaucoup de technique et beaucoup de force en même temps», lance M. Rodrigue, physiothérapeute de formation et lui-même grimpeur.

Précisons que contrairement à l’escalade de voie, plus conventionnelle, le bloc se pratique sans harnais, corde ou accréditation; des tapis de 14 à 15 pouces sont disposés au sol pour accueillir le grimpeur qui chute ou qui veut amortir sa descente. La hauteur maximale est de 15 pieds. Quant au mur, il mesure quelque 3000 pieds carrés.

Des retombées positives?
Attirer autant de personnes issues de l’élite de la discipline pourrait avoir des retombées plus que bénéfiques pour le centre d’escalade de bloc. Comme les athlètes forment une communauté bien présente sur les réseaux sociaux qui partagent leurs découvertes et leurs expériences, Pascal Rodrigue croit que l’événement pourrait apporter une belle visibilité à O’Bloc.

Celui-ci estime également que d’admirer les prouesses de ces sportifs pourrait encourager de nouveaux grimpeurs à tenter l’aventure. «Ça peut être une petite motivation pour les gens de se dire que s’ils veulent être bons comme ça plus tard, il ne faut pas qu’ils se découragent. Même les compétiteurs ont commencé à quelque part et ont continué même si c’était difficile au départ», rappelle Pascal Rodrigue.

Ce dernier ajoute par ailleurs qu’il y a généralement un excellent taux de rétention chez les nouveaux grimpeurs, qui se font généralement initier par d’autres adeptes du centre, ouvert aux apprentis autant qu’aux sportifs aguerris.

Pour plus d’information, consultez le www.oblocescalade.com ou la page Facebook O’Bloc Escalade.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des