Présidence d’honneur: le Challenger de Granby recrute Louis Borfiga

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Présidence d’honneur: le Challenger de Granby recrute Louis Borfiga
Sur la photo, le directeur général du Challenger Banque Nationale de Granby, Alain Faucher, et le vice-président Développement de l'élite chez Tennis Canada, Louis Borfiga. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

TENNIS.  La direction du 24e Challenger Banque Nationale de Granby n’a pas eu à faire des pieds et des mains pour dénicher son président d’honneur. Elle a crû bon recruter dans la cour de Tennis Canada en optant pour  Louis Borfiga, vice-président Développement de l’élite.

Responsable de l’essor des jeunes raquettes au pays depuis une dizaine d’années, Louis Borfiga ne s’est pas fait prier pour venir passer quelques moments à Granby, du 22 au 28 juillet prochain. Celui qui a conseillé de grands noms du tennis français (Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Montfils, Gilles Simon, Nicolas Mahut notamment) n’a que de bons mots à l’endroit de Granby et du Challenger.

«J’ai découvert le Challenger de Granby quand j’étais en France. Chaque fois que les joueurs français revenaient (de Granby), ils avaient toujours le même mot: il faut aller à Granby. C’est sympa. On est tellement bien accueilli que c’est certainement l’un de mes challengers au monde.»

Sollicité de toutes parts en raison des récents succès des Canadiens  Dennis Shapovalov, Félix Auger-Aliassime et Bianca Andreescu sur les circuits de l’ATP et de la WTA, le réputé entraîneur est un observateur de premier plan bien placé  pour vanter les tournois de la série Challenger comme celui de Granby.

«Regarder ce qui se passe, année après année, les joueurs, après Granby, sont les meilleurs au monde. Avec les résultats de Bianca, Félix et Shapo, ça prouve que le tournoi (de Granby) a servi à quelque chose», affirme Louis Borfiga.

Parlons-en des trois jeunes coqueluches du tennis canadien. Selon M. Borfiga, l’ascension de ces Canadiens sur la scène internationale depuis le début de 2019 fait énormément jaser sur la planète tennis. «C’est incroyable ce que l’on dit sur le Canada. Ça s’emballe. Je n’ai jamais fait autant d’interviews avec des journaux français. Je vous fais une confidence: il y a deux journalistes français qui vont venir passer trois jours à Montréal pour comprendre les succès du tennis canadien.»

Heureux de son choix

Le choix du président d’honneur fait partie des mandats à exécuter tous les ans dans les officines du Challenger. Comme le Canada performe très bien sur les courts à l’étranger, le directeur du tournoi granbyen, Alain Faucher, ne pouvait passer à côté de Louis Borfiga. Oui, le chef d’orchestre du Challenger est bien heureux de sa sélection.

«C’est un honneur qu’il ait accepté de nous représenter. Et on doit avoir eu un petit peu de flair en l’approchant quand on regarde tout ce que nos jeunes font. Actuellement, c’est Bianca, c’est Félix et c’est Dennis qui sont là (…). Nous, c’est notre carburant. Ces gens-là sont venus à Granby. C’est notre fierté et notre récompense.»

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des