Le plan d’action lancé pour améliorer la qualité de l’eau

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Le plan d’action lancé pour améliorer la qualité de l’eau
Le préfet de la MRC de La Haute-Yamaska, Paul Sarrazin, a rappelé l'importance dudit projet afin de réduire la pollution diffuse et d'améliorer la qualité de l'eau du bassin versant du lac Boivin et de la rivière Yamaska Nord. (Photo : Granby Express-Vincent Lambert)

AGRICULTURE. Réduire de 25 % les charges en phosphore et en sédiments d’origine agricole dans le lac Boivin: voilà la cible que tenteront d’atteindre plusieurs agriculteurs et partenaires de la région de la Haute-Yamaska d’ici les dix prochaines années.

Lancé en décembre 2017, le Projet collectif du bassin versant du lac Boivin passera maintenant à l’action après avoir rédigé son plan d’action et mobilisé bon nombre de partenaires qui sont prêts à travailler dans la même direction.

L’objectif derrière cette démarche: améliorer la qualité de l’eau dans le bassin versant du lac Boivin et de la rivière Yamaska Nord.

«On souhaite réduire l’impact de l’agriculture sur la qualité de l’eau, valoriser le milieu agricole, améliorer la compétitivité, la productivité de l’agriculture, et ce, tout ça à la fois, a indiqué Alex Martin, directeur général de l’Organisme de bassin versant de la Yamaska (OBV), qui coordonne le projet en question. Si les nutriments restent dans le champ, c’est gagnant pour l’agriculture, pour l’investissement qui a été fait dans le sol ainsi que le cours d’eau et la prise d’eau potable.»

Chaque année, le lac Boivin reçoit annuellement une charge en phosphore d’environ 8,5 tonnes et un apport en sédiments de près de 1 340 tonnes. Des pratiques agricoles optimales pourraient diminuer de 32 % et de 50 % les charges de phosphore et de sédiments.

«On est assis dans le siège passager et le pilote est nos partenaires, a fait remarquer M. Martin. On a une bonne idée où on veut  aller. Notre rôle est d’influencer les gens à prendre le bon chemin.»

Pour accompagner et sensibiliser les producteurs, l’OBV Yamaska se servira de ses observations terrain et de l’outil GéODEP – qui a permis de modéliser le territoire – dans la mise en place d’aménagements et de pratiques agricoles durables afin de réduire la pollution diffuse et d’améliorer la qualité de l’eau en milieu agricole.

«La MRC de la Haute-Yamaska est fière d’appuyer cette démarche qui vise à contrer la pollution diffuse d’origine agricole dans ce réseau prioritaire puisqu’il est constitué de la principale source d’eau potable des citoyens de Granby», a commenté pour sa part, le préfet de la MRC, Paul Sarrazin.

Rappelons que le Projet collectif du bassin versant du lac Boivin est financé, entre autres, par la MRC de La Haute-Yamaska, la Ville de Granby et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

D’autres actions de sensibilisation et projets pilotes agroenvironnementaux seront bientôt amorcés.

Résumé des objectifs du Projet

Réduire la perte de sol cultivable et le lessivage des nutriments au champ.s

Diminuer les matières en suspension et les nutriments dans les cours d’eau.

Valoriser le mode de vie agricole et les efforts des producteurs dans le bassin versant.

Accompagner les producteurs et leur fournir des outils et du financement pour bonifier leurs pratiques.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des