Solidarité ethnique régionale de la Yamaska ouvre un bureau satellite

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Solidarité ethnique régionale de la Yamaska ouvre un bureau satellite
La responsable du nouveau bureau satellite du SERY, Chantal Bélanger (à l’avant-plan), est entourée de ses collègues Joanne Ouellette, directrice générale sortante, Isabelle Meunier, coordonnatrice de l’aide à l’accueil et à l’établissement, et Frei Guevara, nouveau directeur général. (Photo : Granby Express – Claude Hébert)

IMMIGRATION. Après le lancement de sa campagne d’attraction de nouvelles populations en mars dernier et la déclaration d’accueil du conseil des maires à l’endroit des personnes immigrantes en avril, la MRC de Brome-Missisquoi franchit une nouvelle étape avec l’ouverture d’un bureau satellite de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) à Cowansville.

«Notre MRC souhaite accueillir 10 000 personnes sur son territoire dans les dix prochaines années et les personnes immigrantes représentent une des clientèles ciblées par notre campagne de séduction», explique la préfète Sylvie Dionne-Raymond.

Cette dernière ajoute que les immigrants ont aidé à bâtir Brome-Missisquoi au cours des derniers siècles et contribuent jour après jour au développement de cette région.

La présidente du Centre local de développement, Sylvie Beauregard, fait par ailleurs état de la mise en place d’un comité d’accueil qui permettra d’arrimer les actions des intervenants des divers milieux (monde municipal, secteur scolaire, milieu de la santé, organismes communautaires, etc.) tout en évitant les dédoublements de services.

Le nouveau directeur général du SERY, Frei Guevara, se dit heureux de la marque de confiance témoignée par la MRC de Brome-Missisquoi à l’endroit de son organisme. Il croit également à l’importance d’une implication du milieu d’accueil dans l’intégration des personnes immigrantes.

«L’accueil et l’intégration des personnes immigrantes, ça ne peut pas relever d’une seule organisation, c’est une responsabilité partagée», insiste-t-il.

Entente de trois ans

La MRC et le SERY ont paraphé une entente de trois ans pour la mise en place d’un service d’aide à l’accueil, à l’emploi et à l’établissement des personnes immigrantes dans Brome-Missisquoi.

En vertu de cette entente, Chantal Bélanger, du SERY, travaille à Cowansville – dans les bureaux de la MRC – sur une base de quatre jours/semaine (du lundi au jeudi). C’est notamment elle qui fait le pont entre les personnes immigrantes et les organismes communautaires des six pôles géographiques de Brome-Missisquoi susceptibles de leur venir en aide.

«Les nouveaux arrivants et les personnes immigrantes déjà établies chez nous n’auront plus à se déplacer au siège social du SERY, à Granby, pour bénéficier des services de l’organisme. Ils auront simplement à se présenter à nos bureaux de la rue Principale, à Cowansville», explique Francis Dorion, directeur général adjoint à la MRC.

À l’emploi du SERY depuis 18 mois, Mme Bélanger connaît déjà le territoire de Brome-Missisquoi pour avoir travaillé à Brigham pendant une vingtaine d’années pour le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) de la Montérégie-Est.

Cette dernière rappelle que le SERY aide notamment les personnes immigrantes à se trouver un logement et à mieux comprendre les droits et responsabilités des locataires et des propriétaires.

«Pourquoi les deux parties signent-elles un bail ? À quoi sert un détecteur de fumée? Voilà quelques exemples de questions auxquelles un organisme comme le nôtre peut être appelé à répondre», indique-t-elle.

Le SERY, ajoute Mme Bélanger, fait également du travail de référencement et joue un rôle de sensibilisation auprès des communautés d’accueil.

Maguy Wenamo, une Québécoise d’adoption originaire de la République démocratique du Congo qui a vécu à Montréal pendant neuf ans avant de s’établir à Cowansville en mars dernier, dit avoir reçu «un appui extraordinaire» du SERY qui l’a accueillie, guidée et pris en charge avec son mari et ses quatre enfants.

«Mes enfants fréquentent l’école Curé-A-Petit et se sont bien intégrés», ajoute celle qui trouve le temps de s’impliquer au sein d’un organisme de francisation depuis son arrivée à Cowansville.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des