Le CHG adhère au Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le CHG adhère au Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés
Les poupons sont soumis au test de dépistage, avec le consentement des parents, 24 heures après leur naissance ou au moment de recevoir leur congé de l’hôpital. (Photo : Granby Express – Claude Hébert )

SANTÉ.  L’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP) et le Centre hospitalier de Granby (CHG) proposent désormais deux types de tests auditifs à l’intention des poupons dans le cadre du Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés (PQDSN).

«Ce programme vise à détecter la présence d’une surdité dès les premiers mois de vie et à entreprendre rapidement les interventions nécessaires de manière à limiter l’impact d’une déficience auditive sur le développement de l’enfant», indique l’audiologiste Katherine Randall, chargé de projet pour l’implantation du PQDSN.

Un test de dépistage existait déjà au CHG depuis 2003, mais celui-ci n’était pas harmonisé avec le PQDSN. BMP n’offrait pas le service, mais les médecins rattachés à cet établissement référaient leurs jeunes patients au CHG quand ils éprouvaient des doutes sur la qualité de leur audition.

«Le PQDSN a d’abord été testé dans le cadre d’un projet-pilote, puis implanté dans les hôpitaux des grands centres urbains, avant d’être étendu à d’autres établissements du réseau», explique Sophie Perreault, chef de service du pavillon des naissances à BMP.

Deux tests complémentaires

Le premier test permet le dépistage par émissions otoacoustiques. Le dépisteur insère un écouteur dans l’oreille du bébé et enregistre la réponse de l’oreille (retour du son à la façon d’un écho).

Si l’enfant ne réussit pas le premier test ou s’il présente certains facteurs de risque de surdité (prématuré, petit poids, surdité dans la famille), on procède alors à un test de dépistage plus précis à l’aide d’électrodes.

Dans les deux cas, l’appareil enregistre automatiquement la réponse et fournit les résultats dans les minutes qui suivent.

«Ces tests sont très rapides, sans douleur et sans risque pour l’enfant», ajoute Mme Randall.

Si l’enfant échoue la série de tests à BMP ou au CHG, il est référé au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (Fleurimont) pour des examens plus approfondis.

«Environ 2% des nouveau-nés sont référés à Fleurimont pour des tests plus poussés», précise Dre Thérèse Côté-Boileau, directrice du département de pédiatrie et cogestionnaire médicale du programme jeunesse

Prévalence de la surdité

Selon Dre Côté-Boileau, de quatre à six bébés sur 1000 naissent avec une surdité de différents degrés. Entre un et trois bébés sur 1000 sont par ailleurs affligés d’une surdité bilatérale permanente (surdité des deux oreilles).

«Au Québec, cela représente environ 84 cas par année», résume-t-elle.

Nathalie Cabana, chef de l’unité de périnatalité et de néonatologie au CHG, signale que les poupons sont soumis au test de dépistage, avec le consentement des parents, 24 heures après leur naissance ou au moment de recevoir leur congé de l’hôpital.

«Une infirmière ayant reçu une formation spécifique est mise à contribution pour le test de dépistage. D’autres professionnels de la santé seront par la suite appelés à intervenir pour la prise en charge des enfants aux prises avec une surdité», ajoute Mme Randall.

Pour plus d’information sur le PQDSN, les parents sont invités à consulter le site www.santeestrie.qc.ca, section accouchement.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des