Cochons domestiques à Granby: un pensez-y bien pour les futurs maîtres

Photo de Sarah Villemaire
Par Sarah Villemaire
Cochons domestiques à Granby: un pensez-y bien pour les futurs maîtres
Lors de la récente séance du conseil municipal, les élus ont modifié la règlementation concernant la permission d'avoir un cochon domestique à Granby. (Photo : Deposit photos)

ANIMAUX DOMESTIQUES. Après les poules, c’est au tour des cochons domestiques de faire leur entrée à Granby. Adoptée lors de la dernière séance du conseil, la règlementation concernant les cochons nains, miniatures ou vietnamiens font désormais partie de la liste des animaux domestiques autorisés sur le territoire. Malgré un engouement marqué par certains, quelques experts tiennent à rappeler que le quotidien en compagnie de cette bête n’est pas toujours rose.

Ça fait longtemps qu’il y a de la demande pour ça. Ça prend une place de plus en plus importante», affirme Pascal Bonin, maire de la Ville de Granby. Après de nombreuses demandes, l’administration s’est penchée sur le sujet les dernières semaines pour finalement donner son accord. «On n’y voit pas de problème. Au contraire, je pense qu’avec la pandémie, ça a juste prouvé la popularité des animaux domestiques», précise-t-il.

Enthousiaste face à cette nouvelle, la gérante d’Animalerie Granby, Julie Thivierge, invite tout de même les futurs maîtres à s’informer avant de se lancer dans cette nouvelle aventure. «Parfois, des gens achètent des animaux sur un coup de tête et finalement ils n’en veulent plus et finissent par les abandonner», explique la gérante.

Contrairement aux chats et aux chiens, les cochons domestiques demandent une attention différente. «Au niveau du temps, ce n’est pas comme le chien où tu dois aller le promener tous les jours. Ça va demander moins de temps, mais ça va demander un autre soin complètement différent et plus d’organisation», explique Julie Thivierge. Propre, une fois bien dressé, l’animal requiert tout de même des services de son maître au quotidien. Court sur patte, il ne peut monter ou descendre les escaliers par lui-même. Pouvant atteindre un poids de 60 à 80 livres au fil des années, le cochon sera alors trop lourd pour le transporter d’une pièce à l’autre. Le propriétaire doit donc s’assurer que son environnement soit adéquat pour l’animal et se procurer de rampes afin d’accéder plus facilement à certaines installations.

Dans la même lignée, la gérante d’Animalerie Safari Granby, Anne Deblonde, réitère le point de conscientiser les futurs propriétaires face à cette implication. «Si quelqu’un veut s’acheter un cochon miniature, il faut qu’il sache à quoi s’attendre. Souvent, tu as des surprises, car ça vient plus gros que ce que tu pensais», souligne-t-elle. Avec une espérance de vie d’environ 10-15 ans, ces bêtes vont requérir des soins toute leur vie. «Comme nous, ils ont des problèmes de santé et c’est important de les soigner. même s’ils sont moins mignons que lorsqu’il était bébé», affirme Julie Thivierge.

Trouver le parfait éleveur

Avec cette demande grandissante, l’Animalerie Granby pense tranquillement à vendre des cochons dans sa boutique. Avant toute chose, elle doit s’assurer d’être en contact avec un éleveur convenable. «Il ne faut pas acheter n’importe quoi à n’importe qui, car on veut offrir de la qualité et des cochons en santé à notre clientèle. Avec la pandémie, plusieurs se sont réinventés en éleveur et ça n’a pas toujours donné de bons résultats», explique Mme Thivierge.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires