Bon Vivant vendue au Groupe La Feuille Verte

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Bon Vivant vendue au Groupe La Feuille Verte
Sur la photo, au centre, Dany Lefebvre, du Groupe La Feuille Verte. Il est entouré de Jérémie Aubut et de Darko Popovic, de la compagnie Bon Vivant. (Photo : Gracieuseté-Bon Vivant)

AFFAIRES. Deux ans après sa fondation, la jeune PME de Granby, Bon Vivant, qui œuvre dans le secteur de l’alimentation à base de chanvre passe dans le giron du Groupe La Feuille Verte. Une transaction qui marque le début d’un nouveau chapitre pour le duo d’entrepreneurs, Darko Popovic et Jérémie Aubut.

Connue notamment pour ses barres énergétiques, la compagnie Bon Vivant passe ainsi sous le contrôle d’un leader bien ancré dans l’industrie du chanvre basé à Saint-Cyrille-de-Wendover, une municipalité située près de Drummondville.

«L’élément déclencheur qui a mené à la vente, entre autres, c’est le fameux COVID», a déclaré Darko Popovic, cofondateur de Bon vivant.

«Dans les faits, c’est le propriétaire de La Feuille Verte, Dany Lefebvre, qui nous a appelés. Il nous a fait savoir qu’il était intéressé d’intégrer Bon Vivant dans son porte-folio de marques.»

Après une réflexion de quelques mois, le tandem Popovic-Aubut consent finalement à céder les rênes de leur entreprise.

«La Feuille Verte, pour de jeunes entrepreneurs comme nous, c’est une inspiration. C’est un leader dans le chanvre qui avance très vite. De notre côté, comme nous sommes deux autodidactes, nous faisions tout nous-mêmes et visiblement nous n’avions pas l’écosystème d’une grande entreprise ni les moyens de nos ambitions», a expliqué M. Popovic.

À peine lancée, la compagnie Bon Vivant fait rapidement parler d’elle. On se souviendra du passage de l’entreprise à l’émission Dans l’œil du dragon alors que Jérémie Aubut et Darko Popovic ont réussi à convaincre les dragons Marie-Josée Richer et Nicolas Duvernois d’investir dans leur projet.

Développer l’argousier

Cette fin d’aventure pour Darko Popovic et son partenaire n’est pas une finalité en soi. Les deux cofondateurs d’idées comme ils se plaisent à le colporter planchent déjà sur un nouveau projet d’affaires: la transformation de l’argousier; un petit fruit aux vertus thérapeutiques.

Passionnés par le travail de la terre, MM. Popovic et Aubut s’affairent depuis quelques mois à mener à terme un important projet aux côtés de Robert Perras; un producteur d’argousier de Roxton Pond.

«On veut maximiser la culture de l’argousier pour utiliser le plant de A à Z. Le fruit, les feuilles, le pépin, les tiges. Les différentes composantes de cette plante peuvent être utilisées dans des centaines de produits», soutient M. Popovic.

Et le duo voit grand pour cette culture émergente.

«On est en phase d’apprentissage en vue d’une relève agricole. C’est un peu spécial parce qu’on n’a aucun lien de parenté avec les propriétaires. Mais on est tellement passionné qu’on souhaite cultiver l’argousier», conclut Darko Popovic.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires