Le REER versus le CELI

Par Julien Gauthier
Le REER versus le CELI
(Photo : Deposit photos)

Le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) a été créé dans le but de permettre aux Canadiens et Canadiennes d’épargner en vue de leur retraite. Depuis plusieurs années, le REER est devenu une stratégie importante de l’épargne-retraite, principalement en raison des possibilités de report d’impôt qu’il offre. L’efficience fiscale continue à jouer un rôle primordial dans l’accumulation de l’épargne et c’est pourquoi le gouvernement fédéral a lancé le Compte d’épargne libre d’impôt (CELI), lequel vient compléter le REER afin d’encourager les Canadiens à épargner. Le CELI quant à lui, est un moyen d’épargne à usage général qui permet aux Canadiens d’obtenir un revenu de placement exonéré d’impôt.

Plusieurs clients nous demandent dans quel régime ils doivent cotiser leur épargne en vue de leur retraite. Il est en général judicieux de maximiser à la fois vos cotisations au REER et vos cotisations au CELI, si vous en avez les moyens. Les sommes placées bénéficieraient d’une croissance fiscalement efficiente, ce qui se traduit en général par un portefeuille plus étoffé à l’avenir. Mais que faire si vous ne pouvez pas vous permettre de cotiser le maximum à votre REER et à votre CELI? La période où vous payerez de l’impôt, selon votre situation financière actuelle, vous aidera à décider si vous devez épargner dans un CELI ou dans un REER.

 

Avant d’aller plus loin, voici quelques avantages sur chacun des régimes:

 

REER :

-Plafonds des cotisations : 18 % du revenu gagné l’année précédente sous réserve d’un montant maximal plus le report des droits de cotisation inutilisés (les années précédentes) plus le facteur d’équivalence rectifié (FER) pour l’année en cours moins les facteurs d’équivalence.

-Droits de cotisations inutilisés: reportés sur les années ultérieures

-Imposition : cotisations déductibles d’impôt, imposition du revenu reporté, retraits imposables

-Restriction quant à l’âge: disponible jusqu’à l’âge de 71 ans; possibilité de cotiser à un REER de conjoint après 71 ans si celui-ci à moins de 72 ans.

-Placements admissibles : Espèces, fonds communs de placement, actions, obligations, dépôts, CPG et certaines actions de petites entreprises privées

 

CELI :

-Plafonds des cotisations : 6000 $( 2021) plus le report des droits de cotisation inutilisés (les années précédentes) plus les retraits de l’année précédente.

-Droits de cotisations inutilisés : reportés sur les années ultérieures

-Imposition : Cotisation ne sont pas déductibles d’impôt, intérêts gagnés à l’abri de l’impôt, retraits libres d’impôt.

-Restriction quant à l’âge : Possibilité de cotiser dès l’âge 18 ans.

-Placements admissibles : Espèces, fonds communs de placement, actions, obligations, dépôts, CPG et certaines actions de petites entreprises privées

 

Maintenant, est-ce que vous prestations liées au revenu vous préoccupent-elles?

Les prestations telles la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, la prestation fiscale canadienne pour enfant et le crédit en raison de l’âge sont liées au revenu. Autrement dit, plus votre revenu imposable est élevé, moins vos chances de recevoir ces prestations sont élevées. Les retraits d’un REER ou d’un FERR peuvent constituer un revenu susceptible de réduire les prestations liées au revenu parrainées par le gouvernement fédéral.  Les retraits d’un CELI n’engendrent pas une telle réduction.

Même si le REER peut sembler mieux vous convenir, le CELI peut malgré tout être utile. Étant donné que les cotisations à un REER donnent habituellement droit à un remboursement d’impôt lors de votre déclaration de revenus, vous avez la possibilité d’utiliser ce remboursement pour cotiser à votre REER pour l’année en cours ou de l’investir dans un CELI. Les deux solutions ont leurs avantages, mais le placement dans un CELI vous permet de plus rapidement tirer profit d’une croissance à l’abri de l’impôt (plutôt que d’une croissance à imposition différée).

Pour terminer, de nombreux facteurs entrent en jeu lorsqu’il s’agit de choisir entre un placement dans un REER et un placement dans un CELI. Chaque situation est unique et il est en général préférable de communiquer avec un conseiller en sécurité financière qui pourra vous guider en ayant un avis neutre sur les différentes compagnies/institutions de placements.

 

Julien Gauthier, conseiller en sécurité financière, représentant de courtier en épargne collective, Co-fondateur de Les Conseillers et associés cabinet en services financiers inc.
Mickaël Barriault,  conseiller en sécurité financière, représentant de courtier en épargne collective, Co-fondateur de Les Conseillers et associés cabinet en services financiers inc.
David Trépanier,  conseiller en sécurité financière, Co-fondateur de Les Conseillers et associés cabinet en services financiers inc.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires