Yves-François Blanchet prend un bain de foule à Granby

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Yves-François Blanchet prend un bain de foule à Granby
Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet. (Photo : GranbyExpress-Nicolas Racine)

POLITIQUE. Accueilli par une foule de partisans, le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, s’est offert une visite dans la circonscription de Shefford avec un arrêt au Marché public de Granby, hier, sur l’heure du midi.

Alors qu’il amorce le dernier droit du marathon électoral, le chef du Bloc, accompagné des candidats Andréanne Larouche (Shefford), Marilou Alarie (Brome-Missisquoi) et Simon-Pierre Savard-Tremblay (Saint-Hyacinthe-Bagot), en a profité pour aller à la rencontre des producteurs locaux et des consommateurs présents au marché du centre-ville. Mais quelques instants auparavant, le chef des troupes bloquistes s’est entretenu avec la presse locale et nationale où il a été, entre autres, question du débat en anglais présenté un peu plus tôt cette semaine.

Rappelons que jeudi soir dernier,  la modératrice du face-à-face électoral, la présidente de la firme de sondage Angus Reid, Sachi Kurl, en a surpris plus d’un en interpellant Yves-Françcois Blanchet au sujet des politiques discriminatoires (Loi sur la laïcité de l’État et le projet de loi 96 sur la langue française) du Québec.

«Élection après élection, dans l’histoire récente du Québec à l’intérieur du Canada, les chefs de partis politiques autres disent une chose dans une langue et le contraire dans l’autre. En français, ils font des déclarations d’amour, en anglais, ils sont aux abonnés absents lorsque vient le temps de défendre les valeurs et la dignité élémentaire du Québec. Et le lendemain, ils essaient de se rattraper en français», a déclaré Yves-François Blanchet.

«J’ai relu la question (de Mme Kurl) et il y a le mot racisme systémique dès le départ. Je n’ai pas fabulé ça», a renchéri le chef du Bloc.

Questionné sur les retombées de cette polémique au Québec alors que se tient le vote par anticipation jusqu’à ce lundi (13 septembre), Yves-François Blanchet estime que sa formation politique pourrait en récolter des dividendes au final.

«Je pense spontanément qu’il y a un nombre significatif de gens, vendredi matin, (au lendemain du débat en anglais du 9 septembre dernier) qui se sont dits…j’en ai plein mon casque, je m’en vais voter. Et quelqu’un qui vote dans ce sens-là, il y a de bonnes chances qu’il ait voté pour le Bloc.»

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires