Le niveau de littéracie s’améliore en Haute-Yamaska

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Le niveau de littéracie s’améliore en Haute-Yamaska
Dans la MRC de La Haute-Yamaska, le taux de personnes qui ne réussit pas à atteindre le niveau 3 de littéracie est passé de 57,8 % à 56,7 %.  (Photo : ixabay)

ÉDUCATION. Selon la nouvelle étude de la Fondation pour l’alphabétisation, 56,7 % des résidents de la Haute-Yamaska chez les 15-65 ans atteignent le niveau 3 de littéracie leur permettant de comprendre décemment des textes «plus longs et denses.» 

Alors que le niveau de littéracie a pris du mieux à l’échelle du Québec (de 53 % à 51,6 %) entre 2016 et 2021, la même tendance a été observée en Montérégie qui a vu son niveau de littéracie passer de 53,6 % à 52,2 %.

Dans la MRC de La Haute-Yamaska, le taux de personnes qui ne réussit pas à atteindre le niveau 3 de littéracie est passé de 57,8 % à 56,7 %. 

Dans la MRC voisine, Brome-Missisquoi, l’indice de littéracie s’est également améliorée (de 55,1 % à 53 %), d’après les conclusions de l’étude menée par l’économiste Pierre Langlois.

Ailleurs en Montérégie, les MRC d’Acton (61,7%), Jardins-de-Napierville (59,3 %), Haut-Saint-Laurent (58,9 %) et Beauharnois-Salaberry (58,3 %) sont les secteurs où les problèmes de littéracie sont les plus criants, peut-on lire dans le rapport publié plus tôt cette semaine. 

L’étude soutient que cette problématique de littéracie est liée principalement à l’actuelle pénurie de main-d’oeuvre qui entraîne une entrée plus précoce sur le marché du travail et au vieillissement de la population qui limite la croissance du profil scolaire de plusieurs MRC. Le tout pendant que la région métropolitaine (de 48,2 % à 46,3 %) bénéficie quant à elle de la présence des pôles universitaires et de l’arrivée d’une immigration spécialisée.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires