Nouveaux locaux, nouvelle signature pour le Carrefour Jeunesse Emploi

Nouveaux locaux, nouvelle signature pour le Carrefour Jeunesse Emploi
Le Carrefour Jeunesse Emploi est maintenant situé à l’angle des rues Cabana et Saint-Viateur. 

Un vent de fraîcheur soufflait, mercredi, tant sur la région, que sur le Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) des Cantons de l’Est. L’organisation a procédé à l’inauguration officielle de ses nouveaux locaux granbyens en plus de dévoiler un nouveau logo.

L’ancienne épicerie située à l’angle des rues Cabana et Saint-Viateur a changé de look. Les locaux ont été divisés et aménagés selon les exigences du CJE aux frais du propriétaire de l’endroit. Un cadeau inestimable pour l’organisme. «Il a fait ça parce qu’il a été touché par ce pour quoi on existe et il nous a aidés bien au-delà de l’aspect financier», indique Yves Lauzière, directeur général du CJE des Cantons-de-l’Est.

L’ancien local situé sur la rue St-Jacques, à l’angle de la rue Principale, ne répondait plus au besoin. L’organisation, qui compte 18 employés, a découvert, en décembre 2012, ce qui allait être leur nouveau port d’attache granbyen. Ils ont débuté les travaux en août 2013 et sont déménagés le 10 janvier dernier. «C’est un local plus adapté pour les besoins des gens de la région», indique Carl Dessaint, président du conseil d’administration du CJE. «Ce sont 3 800 pieds carrés. C’est plus petit qu’à l’autre endroit, mais plus fonctionnel. 80% de la décision de déménager c’était pour l’amélioration. Nous avions aussi un problème de stationnement et on avait moins de visibilité. Maintenant, nous avons 20 espaces de stationnement», poursuit M. Lauzière.

En 15 ans, plus de 15 000 jeunes ont été soutenus par le CJE. «Chaque année, 1 000 nouveaux jeunes ouvrent un dossier. 70% d’entre eux trouvent un emploi et une fois l’emploi trouvé, plus de 90% d’entre eux se maintiennent en emploi», précise Yves Lauzière. 

Nouveautés

L’organisme sans but lucratif a aussi profité de cet important changement pour dévoiler les nouveaux projets sur lesquels il travaille. Sensible à la cause des jeunes décrocheurs, le CJE mettra sous peu sur pied le programme Commun’École, en collaboration avec la commission scolaire du Val-des-Cerfs. «On souhaite accueillir, dès la mi-mars, entre quatre et huit jeunes adultes», enchaîne Yves Lauzière. Le CJE peut compter sur le support de la Ville de Waterloo qui lui prêtre deux locaux à la mairie. 

Instauré en 2012 à Cowansville, Commun’École est un milieu de vie auquel participe une dizaine de jeunes adultes. «À Cowansville, on a zéro décrocheur», souligne fièrement M. Lauzière, précisant que ce programme vise à donner un diplôme d’études secondaires à ces gens, mais aussi à leur redonner confiance en eux. Un second groupe, celui-ci unilingue anglophone, devrait s’ouvrir à l’automne, à Cowansville.

Un autre projet est aussi en branle du côté de Waterloo afin d’aider les jeunes qui ont connu certaines difficultés (toxicomanie, alcoolisme, pauvreté, décrochage scolaire, etc…). «On va les accompagner à devenir adulte», précise M. Lauzière.

Un nouveau logo

Le déménagement s’accompagne également d’un changement d’image pour le CJE. «Nous avons gardé sensiblement le même logo pour que les gens nous reconnaissent, mais nous avons mis de nouvelles couleurs. Nous avons gardé les rayons et ajouté une boussole», explique Dina Vautour, directrice adjointe du CJE. Le programme Passage devient, quant à lui, Avenue profession’elle. Sa mission demeure toutefois la même : accompagner les femmes ayant un intérêt pour les métiers traditionnellement masculins. Au cours des 15 dernières années, 600 femmes ont pris part à ce programme.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires