Sextorsion dans Brome-Missisquoi, une femme arrêtée à Granby

Sextorsion dans Brome-Missisquoi, une femme arrêtée à Granby
Victime de sextorsion

Victime de sextorsion, une forme d’hameçonnage informatique qui a la cote par les temps qui courent, un homme de la région de Cowansville a porté plainte à la Sûreté du Québec, le 3 mars dernier. Après plusieurs démarches d’enquête, les policiers ont arrêté une Montréalaise de 20 ans, mercredi, dans un commerce de Granby. Elle a comparu mercredi au palais de justice de Granby et fait face à trois accusations criminelles.

Quelques jours avant de porter plainte, le résident de la région de Cowansville a été approché par une inconnue sur les réseaux sociaux. La conversation s’est ensuite poursuivie via caméra web au cours de laquelle des gestes à caractères sexuels ont été posés. Or, la dame a enregistré, à l’insu du citoyen de Brome-Missisquoi, les images vidéo. «La femme a ensuite exigé que la somme de 5 000$ lui soit envoyée via une compagnie de transfert d’argent sans quoi elle allait publier la vidéo de l’homme sur Internet», explique Aurélie Guindon, porte-parole de la Sûreté du Québec de l’Estrie.

S’il a obtempéré et a versé la somme d’argent demandée, la suspecte, Medoussa Koné, a tout de même publié ladite vidéo sur le Web. Elle a ensuite exigé une somme supplémentaire de 18 000$ pour la retirer, poursuit la sergente Guindon. Refusant de déposer un tel montant, la victime a porté plainte, le 3 mars dernier, à la SQ de Brome-Missisquoi. «L’enquête a rapidement été prise en charge par l’Équipe des enquêtes régionales de Cowansville, en coordination avec plusieurs autres unités spécialisées de la Sûreté du Québec», enchaîne la policière.

Après de longues démarches d’enquête, les policiers sont parvenus à identifier Medoussa Koné, puis à la localiser, mercredi, dans un commerce de Granby où elle a été mise en état d’arrestation.

La Montréalaise de 20 ans a passé la nuit en détention et a été amenée devant un juge, jeudi, au palais de justice de Granby. «De plus, une perquisition en lien avec ce dossier a été réalisée, en soirée hier, dans un appartement à Montréal. Divers documents et du matériel informatique ont été saisis sur place. (Cela) pourraient venir supporter des accusations d’extorsion», dit Aurélie Guindon.

Medoussa Koné a été formellement accusée d’extorsion, d’avoir proféré des menaces et de fraude. Elle demeure en détention jusqu’à son retour en cour, prévu le 20 mars prochain.

Malgré cette arrestation, l’enquête se poursuit dans ce dossier et cela pourrait permettre «aux policiers d’identifier d’autres suspects ou encore de relier cette personne à d’autres dossiers d’extorsion par internet similaires», poursuit la porte-parole de la SQ.

Conseils de prévention

En février 2013, la Sûreté du Québec de l’Estrie avait effectué une sortie médiatique afin de prévenir ces tentatives d’extorsion. Dans les semaines précédentes, plusieurs hommes avaient porté plainte après avoir été piégés par de jolies inconnues qui les menaçaient de diffuser une vidéo compromettante si la somme d’argent demandée n’était pas versée.

Face à cette arrestation, «les policiers désirent rappeler aux citoyens d’être vigilants dans l’utilisation des réseaux sociaux et des caméras web afin de ne pas se retrouver dans une situation de vulnérabilité comme cet homme victime d’extorsion», indique la sergente Guindon.

Quelques conseils de base :

– Se méfier des inconnus sur Internet;

– Ne pas commettre d’actes sur les réseaux sociaux qui ne seraient pas faits en personne devant des inconnus;

– Repérer l’adresse IP;

– Ne pas se plier aux exigences de personnes demandant des sommes d’argent en usant de menaces, mais plutôt communiquer avec la police. 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires