Jean Côté rapatrie ses œuvres européennes

Par Ugo Giguere

Du bout des lèvres, Jean Côté confie qu’il prépare tranquillement sa sortie. À 76 ans, l’artiste peintre et sculpteur veut léguer un atelier bien en ordre lorsqu’il devra fermer la porte derrière lui. La première étape du projet a été accomplie, alors que le Granbyen vient tout juste de rapatrier par bateau un conteneur rempli de ses toiles et sculptures réalisées en Europe.

Au cours de séjours dans l’atelier de son ami Michel Marin à Toulouse ou encore en Espagne ou même plus loin au Vietnam, le peintre a toujours laissé des œuvres derrière lui. Heureusement, il pouvait compter sur de bons amis pour prendre soin de ses tableaux et faire circuler son nom.

Les années ont passé et le temps est venu de rassembler la famille. «La personne qui s’en occupait n’a plus vraiment le temps, alors je me suis dit qu’il était temps de rapatrier tout ça ici», raconte celui qui ne fait pas de croix sur la possibilité de voyager encore.

En toute lucidité, l’artiste veut prendre le temps de préparer sa sortie. «Si je ne le fais pas, ce sont mes enfants ou mes petits-enfants qui vont devoir s’en occuper», glisse-t-il simplement.

De l’autre côté de l’Atlantique, Jean Côté a toujours pu compter sur du soutien et de la visibilité. Sa toute première exposition en France a même été parrainée par nul autre que Jean-Paul Riopelle…

Pour sa série Khaos, dont une dizaine de toiles devraient être exposées pour la première fois en Amérique dans les prochains mois, il avait pu compter sur le soutien d’une agente d’artistes française.

«L’impulsion de créer» demeure avant tout le moteur du peintre originaire du Lac-Saint-Jean. «L’important, c’est de faire. À priori, il faut créer. Ensuite, le temps donnera la forme du projet», mentionne celui qui a ouvert la porte de son atelier de la vieille usine Imperial à GranbyExpress.com.

Non à la guerre

Dans une toute nouvelle série dévoilée en primeur lors de notre passage, le peintre s’attaque à la guerre. Comme quoi il y a toujours des premières malgré l’âge vénérable de 76 ans, c’est la première fois que Jean Côté défend une position politique.

La série Non à la guerre dénonce la barbarie guerrière. Divers tableaux reprennent de véritables photos de combats ou de scènes de désolation. Fidèle à sa signature, l’artiste y intègre aussi de façon spectaculaire de véritables cartouches de fusil et autres artéfacts militaires.

Ces œuvres devraient être prochainement exposées dans la région de Boston et ailleurs sur la côte est américaine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires