Noa Slone : une saga signée Valérie Marin

Par Caroline Boisclair
Noa Slone : une saga signée Valérie Marin
Noa Sloan

Jamais Valérie Marin n’aurait imaginé qu’elle deviendrait auteure. Et pourtant, les premiers mots de la chanson «42» de Coldplay l’ont à ce point inspiré que la Bromontoise a donné naissance à Noa Slone, le personnage principal du premier roman de sa saga fantastique qui s’échelonnera sur plusieurs tomes.

Noa Slone, c’est l’histoire d’une ado de 16 ans qui est bouleversée par la disparition de sa grand-mère. Elle réalise que celle qu’elle aimait tant était une inconnue.

On lui a donné en héritage une quête dont elle ne voulait pas, et c’est elle, à travers la saga, qui découvrira qui elle est et si elle l’accepte, explique Valérie Marin, les yeux brillants. Elle découvre qu’elle est une pièce maîtresse dans toute l’histoire, qui se déroulera sur plusieurs tomes. Je sais déjà comment tout ça va se terminer.»

Pour donner vie à Noa Slone, la Bromontoise s’est inspirée de sa propre vie.

Le décès tragique de ses grands-parents maternels dans un accident de voiture en France, où ils vivaient, a servi d’élément déclencheur. Elle avait 25 ans. Son deuil a été difficile.

«Tu ne te rends pas compte que la vie va si vite, et que tu ne connais rien de ceux qui t’ont élevé», fait remarquer la bachelière en travail social qui, à l’époque, venait de donner naissance à la première de ses trois filles.

Les paroles «Those who are dead are not dead, they’re still living in my head» (traduction libre : les personnes décédées ne sont pas mortes, elles continuent de vivre dans notre tête) de la chanson 42 de Coldplay ont provoqué tout le processus de création de Noa Sloan, qui l’habitait depuis un moment déjà.

La copropriétaire du Club Vidéo Les Sommets de Bromont s’est mise à l’écriture à 31 ans.

En guise d’hommage à sa grand-mère, sa «muse», elle a donné son nom (Renée Button) à la grand-mère de son personnage.

«Au début, je n’avais pas de plan du tout. J’écrivais pour le plaisir. Ça m’a pris environ trois mois pour écrire le premier tome, mais comme il était trop volumineux pour un premier ouvrage d’un nouvel auteur, on l’a divisé en deux», indique Valérie Marin.

Surprise

C’est par hasard que l’une de ses employées est tombée sur ses notes.

«Chloé m’a demandé qui avait écrit ça, parce qu’elle trouvait ça super bon, et j’étais gênée de lui dire que c’était moi… Elle avait hâte de lire la suite, et comme elle partait en vacances, je lui ai prêté. Elle m’a dit qu’elle n’était plus capable de s’arrêter, alors ça m’a donné le courage de le faire lire à ma sœur», confie-t-elle.

Encouragée par les membres de son entourage, elle a envoyé son manuscrit et trouvé preneur à la maison d’édition Première Chance.

La jaquette de son roman est signée par son amie de toujours Julie Touchette, connue sous le nom d’artiste Zut, tandis que sa bonne amie Mélanie Bouliane agit en tant qu’agent littéraire.

«Mais il n’y a pas de vampire ni de héros dans mon livre, précise Valérie. Il est plutôt question des forces que l’on a en nous et qu’on est capables de développer. Mes personnages sont tous humains, authentiques, avec des faiblesses et des forces.»

Le tome 2 sera publié cet hiver.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires